Politique, Monde

Yémen : Griffiths exhorte les belligérants du conflit à respecter la liberté de la presse

-L'Envoyé spécial de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths, a exprimé son inquiétude vis-a-vis de la régression de la liberté de la presse au Yémen, à l’occasion de la Journée Internationale des droits de l'Homme.

Majdi Ismail   | 10.12.2020
Yémen : Griffiths exhorte les belligérants du conflit à respecter la liberté de la presse

Yemen

AA/ Yémen

L'Envoyé spécial de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths, a exhorté, jeudi, les belligérants du conflit au Yémen à respecter la liberté de la presse.

Le responsable onusien s’exprimait lors d’une conférence organisée par la Délégation de l’UE au Yémen en partenariat avec l'Agence française de développement médias (CFI), à l’occasion de la Journée Internationale des droits de l’Homme, qui correspond au 10 décembre de chaque année.

S’adressant aux journalistes Yéménites présents à la conférence, Griffiths a déclaré « l’avenir dans ce pays ne sera pas possible sans vous, ni sans une société civile indépendante et des médias libres.

Et le responsable d’ajouter, « Je reste profondément préoccupé par la régression de la liberté des médias et les menaces auxquelles sont confrontés les journalistes, notamment les arrestations, les condamnations à mort et les assassinats, et je continuerai d'exhorter les parties prenantes au conflit à respecter la liberté de la presse ».

Le Yémen est l'un des pays les moins respectueux de la liberté de la presse au monde, où 38 journalistes ont été assassinés depuis le début de la guerre qui dure depuis plus de six ans et demi, indique un précédent rapport du Syndicat des journalistes yéménites.

Concernant les efforts déployés pour résoudre le conflit, Griffiths a déclaré, « ma position est de respecter les valeurs et principes des Nations Unies et d'aider les parties à parvenir à un règlement politique qui ne prive pas les Yéménites d’une citoyenneté équitable, mais encore, de leur droit de demander des comptes à leurs dirigeants »

L’Envoyé spécial a mis l’accent sur « son attachement à un processus politique qui permet à tous les Yéménites de contribuer à la construction de l'avenir de leur pays ».

La guerre civile au Yémen, qui dure depuis 6 ans, a fait près de 233 000 morts. Près de 80 % de la population yéménite, qui compte 30 millions d’habitants, est tributaire des aides pour survivre, dans ce que les Nations unies considèrent comme la pire crise humanitaire au monde.

Le conflit a des répercussions régionales, depuis mars 2015, car une coalition dirigée par le voisin saoudien mène des opérations militaires pour soutenir les forces gouvernementales, face aux Houthis soutenus par l'Iran, qui contrôlent plusieurs provinces, dont la capitale Sanaa.

*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.