Monde

Liban : début de l'enquête juricomptable sur les comptes de la Banque du Liban

- L'audit juricomptable des comptes de la Banque centrale libanaise et des institutions de l'État est l'une des conditions imposées par le FMI pour soutenir le programme de réforme économique et financière dans le pays

1 23   | 21.10.2021
Liban : début de l'enquête juricomptable sur les comptes de la Banque du Liban

Beyrut

AA / Beyrouth

Le Président libanais, Michel Aoun, a annoncé, ce jeudi, que l'enquête financière criminelle sur les comptes de la Banque centrale avait débuté aujourd'hui par la firme internationale Alvarez & Marsal.

L'audit juricomptable des comptes de la Banque centrale libanaise et des institutions de l'État est l'une des conditions imposées par le Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir le programme de réforme économique et financière dans le pays, et l'une des exigences pour la reprise des négociations avec le Liban, qui ont été bloquées depuis plus d'un an.

C’est ce qui ressort de la rencontre de Michel Aoun avec le Coordonnateur spécial du Secrétaire général des Nations unies au Liban, l'Ambassadrice Yoana Frontka, au Palais de Baabda, dans l'est de Beyrouth, selon un communiqué de la Présidence libanaise.

Les efforts de la firme d'audit ont échoué, depuis le dernier trimestre 2020, à mener une enquête sur les comptes de la Banque du Liban, ce qui l'a amenée à renoncer à l’accomplissement de sa mission, pour des raisons liées à la banque en question. La firme reviendra plus tard sur cette décision.

Aoun a assuré l'ambassadrice Frontka que son pays poursuivrait ses préparatifs pour entamer les négociations avec le Fonds monétaire international, dès que possible, sans fournir de plus amples détails.

En mai 2020, le Liban a entamé des négociations avec le FMI sur un plan de sauvetage, or, les pourparlers avaient échoué en août de la même année, après le refus de la Banque centrale du Liban de fournir les documents et informations exigés par le FMI.

Pour sa part, Yoana Frontka a exprimé la disposition des Nations unies à soutenir le Liban dans tous les domaines qui l'aideraient à accomplir la sécurité et la stabilité économique du pays, à rapprocher les points de vue et à fournir les conditions nécessaires à cette fin.

Depuis deux ans, le Liban subit une grave crise économique, la pire de son histoire, depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), qui a entraîné un effondrement financier, ainsi que de lourdes pertes monétaires encaissées par la Banque centrale.

*Traduit de l’arabe par Mounir Bennour

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.