Monde

Les États-Unis responsables de la mort de milliers de civils en Syrie

- Au moins 172 massacres ont été commis par les forces de la coalition dirigées par les États-Unis en 6 ans, indique un rapport du Réseau syrien des droits de l'homme (SNHR)

Ethem Emre Özcan   | 30.11.2021
Les États-Unis responsables de la mort de milliers de civils en Syrie

Ankara

AA / Ankara

Les États-Unis et les forces de la coalition internationale qu'ils dirigent sont tenus pour responsables de la mort de milliers de civils en Syrie.

La déclaration du département américain de la Défense selon laquelle il a été ordonné, lundi, une enquête sur la frappe aérienne du 18 mars 2019 dans la ville syrienne de Baghouz, au cours de laquelle des civils ont été tués, a remis au goût du jour les autres crimes commis par les forces de la coalition dirigée par les États-Unis contre les civils en Syrie.

Les forces de la coalition ont lancé une intervention militaire en Syrie le 23 septembre 2014, conjointement avec l'organisation terroriste YPG/PKK, pour lutter contre l'organisation terroriste Daech, bombardant des écoles, des mosquées et de nombreux quartiers habités par des civils.

Dans un rapport du Réseau syrien des droits de l'homme (SNHR), publié le 23 septembre 2020, il est indiqué que depuis le 23 septembre 2014, les forces de la coalition dirigée par les États-Unis, sous prétexte de lutter contre le terrorisme, ont tué plus de 3 000 civils.

Selon le document, au moins 172 massacres (un incident au cours duquel au moins 5 personnes ont été tuées dans une attaque) ont été commis par les forces de la coalition en 6 ans.

Elles ont mené plus de 180 attaques contre des cibles civiles, notamment des écoles, des centres de santé, des mosquées et des marchés, au cours de cette période.

Les attaques des États-Unis et de leurs alliés ont provoqué le déplacement de plus de 500 000 civils qui se sont retrouvés sans abri dans les provinces de Deir ez-Zor, Raqqa et Hassaké.

L'administration américaine, après avoir déclaré la victoire sur Daech en 2019, a confié la gestion des régions d'où l'organisation a été retirée aux YPG/PKK, une organisation terroriste avec laquelle elle a agi conjointement sur le terrain.

Le sort des civils précédemment détenus par Daech n'est toujours pas connu, et les forces américaines et de la coalition n'ont même pas versé d'indemnisation aux civils victimes des bombardements.


- Quelques attaques à retenir

Le correspondant de l'Agence Anadolu (AA) a recensé certaines des attaques menées par les États-Unis et les forces de la coalition anti-Daech, évoquées dans les rapports du SNHR.

64 civils, dont 31 enfants et 19 femmes, ont été tués lors de la frappe aérienne menée par les forces de la coalition sur le village de Bi'r dans la zone sud d'Alep, le 1er mai 2015.

L'attaque du village de Kelcibrin, dans le nord d'Alep, le 27 mai 2016, a tué 28 civils, dont 14 enfants et 4 femmes.

Un bombardement de la coalition visant des habitations civiles dans le village de Touhar à Manbij, le 19 juillet 201,6 a tué 98 civils, dont 59 enfants et 27 femmes.

22 autres civils, dont 3 enfants et une femme, ont été tués dans une attaque contre la station balnéaire de Gandoura dans le district de Cerablus à Alep, le 28 juillet 2016.

Les forces de la coalition ont pris pour cible une mosquée lors des prières dans le village de Jineh, à Alep, le 16 mars 2017, tuant 60 civils.

Les forces de la Coalition concentrées sur Raqqa ont pris pour cible la station balnéaire de Mansoura, à l'ouest de Raqqa, le 21 mars 2017, laissant sur le carreau 42 civils, dont 19 enfants, dont 8 femmes.

Un jour plus tard, les forces de la coalition ont de nouveau attaqué le district de Tabqa à l'ouest de Raqqa, tuant 49 civils, dont 13 enfants, dont 7 femmes.

Un total de 32 civils, dont 16 enfants et 10 femmes, ont succombé dans le bombardement du bâtiment où séjournaient les demandeurs d'asile, le 25 septembre 2017 dans le centre-ville de Raqqa.

Les forces de la coalition ont pris pour cible le village de Bahra, à l'est de Deir ez-Zor, le 4 février 2018, massacrant 40 civils, dont 21 enfants, dont 13 femmes.

26 civils, dont 16 enfants et 7 femmes, ont été tués lors de l'attaque contre le village de Tel Ceyir, au sud de Haseke, le 1er mai 2018.

Les attaques des forces de la coalition dirigée par les États-Unis se sont intensifiées dans la campagne de Deir ez-Zor vers la fin de 2018. 18 civils, dont 14 enfants et 1 femme, ont perdu la vie dans l'attaque de la ville de Suse à l'est de Deir ez.-Zor, le 15 novembre 2018.


- La presse américaine a révélé que des civils ont été pris pour cible

Le New York Times a rapporté, le 14 novembre, que l'Armée de l'air américaine avait ciblé un groupe de civils composé de femmes et d'enfants dans la région de Baghouz en Syrie, le 18 mars 2019.

Le journal indique que 3 attaques distinctes ont été menées avec des avions de combat de type F-15E contre le groupe de civils repéré par les drones américains, et qu'environ 70 personnes ont péri dans l'attaque.

Après examen par le journal de documents classifiés et des rencontres avec des responsables dont les noms sont restés confidentiels, le commandement central américain (CENTCOM) a reconnu l'attaque pour la première fois et a annoncé que 80 personnes avaient été tuées.

Selon le journal, le commandement avait affirmé que 16 militants de Daech et 4 civils avaient été tués lors de cette attaque, et qu'il n'était pas clair s'il s'agissait de civils ou non, car des femmes et des enfants prenaient parfois les armes dans les zones sous le contrôle de l'organisation.


* Traduit du turc par Alex Sinhan Bogmis

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.