Monde

Le président du Parlement libanais accuse Israël d'avoir violé l'accord sur les frontières maritimes

- Selon un communiqué publié par le bureau des médias de Nabih Berri, commentant la signature de contrats de prospection par Tel-Aviv, dans une zone maritime contestée entre le Liban et Israël

1 23   | 18.09.2021
Le président du Parlement libanais accuse Israël d'avoir violé l'accord sur les frontières maritimes

Lebanon

AA / Beyrouth

Le président du Parlement libanais, Nabih Berri, a considéré ce samedi que les préparatifs d'Israël pour la prospection d’hydrocarbures dans une zone maritime contestée avec son pays, "représentent une violation d'un accord antérieur avec Beyrouth".

C’est ce qui ressort d’un communiqué rendu public par le bureau des médias de Berri, commentant les informations selon lesquelles la société "Halliburton" a remporté un contrat de prospection d’hydrocarbures pour le compte de Tel Aviv dans la zone contestée entre le Liban et Israël.

Berri a déclaré : “la signature de l'entité israélienne d’un contrat de prospection offshore avec Halliburton, ou toute autre compagnie dans la zone contestée, constitue une violation, plus encore, un torpillage de l'accord-cadre parrainé par les États-Unis et les Nations unies“.

Le président du Parlement a appelé le ministère libanais des Affaires étrangères à “prendre des mesures urgentes et immédiates auprès du Conseil de sécurité et la communauté internationale pour enquêter sur la possibilité d'une nouvelle attaque israélienne contre la souveraineté et les droits du Liban“.

Et d’ajouter que "la persistance de l'entité israélienne dans son attitude agressive représente une menace pour la paix et la sécurité internationales".

Le 14 septembre dernier, la compagnie Halliburton avait annoncé, dans un tweet, qu'elle avait remporté des contrats de prospection et de forage d’hydrocarbures dans le champ offshore de Karish dans la zone contestée entre Israël et le Liban.

En octobre 2020, des négociations indirectes ont été entamées, sous l'égide des Nations unies, et avec une médiation américaine, dans le cadre d'un accord-cadre entre le Liban et Israël, qui se sont déroulées sur cinq sessions de pourparlers, dont la dernière a eu lieu le 4 mai dernier.

La superficie de la zone contestée est de 860 km², selon les cartes déposées par le Liban et Israël auprès des Nations unies. Cependant, la délégation libanaise chargée des négociations précise que la zone contestée est de 2 290 km².

La délégation libanaise avait présenté, lors d'une session de pourparlers, tenue précédemment, une nouvelle carte revendiquant environ 1430 km², en faveur du Liban, proposition rejetée par Israël.

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.