Monde

Le Président égyptien et le roi de Bahreïn discutent des développements au sujet du «Barrage de la Renaissance»

- Lors d'une réunion à Charm el-Cheikh.

????? ???? - ????? ?????   | 17.09.2021
Le Président égyptien et le roi de Bahreïn discutent des développements au sujet du «Barrage de la Renaissance»

Al Qahirah

AA/ Égypte

Le président égyptien Abdelfattah al-Sissi a discuté jeudi, avec le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, des derniers développements sur la question du Barrage éthiopien de la Renaissance.

C'est ce qui ressort d'une réunion tenue dans la ville de Charm el-Cheikh, située dans le nord-est du pays, entre Sissi et Al-Khalifa, selon un communiqué rendu public par la Présidence égyptienne. Aucun détail n'a cependant été émis au sujet de la visite du monarque bahreïni en Égypte.

La réunion a porté sur les derniers développements de la question du Barrage de la Renaissance, à la lumière du récent communiqué présidentiel du Conseil de sécurité de l'ONU publié à cet effet, d'après le même source.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait adopté, mercredi, à l'unanimité (15 pays) un communiqué présidentiel, appelant le Soudan, l'Égypte et l'Éthiopie à reprendre les négociations sous les auspices de l'Union africaine (UA).

"Le roi de Bahreïn a réitéré la solidarité et le soutien de son pays à l'Égypte et au Soudan ainsi qu'à tout ce qui préserve leurs droits légitimes et la sécurité de l'eau du Nil", ajoute la Présidence égyptienne dans son communiqué.

Al-Khalifa a également exprimé son appui aux efforts visant à parvenir à un accord juste et global sur le remplissage et l'exploitation du Barrage de la Renaissance.

Plus tôt jeudi, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a exprimé, lors d'une conférence de presse tenue au Caire avec son homologue congolais, Christophe Lutundula, l'aspiration de son pays à reprendre les négociations sur le Barrage.

Addis-Abeba dit, dans ce cadre, qu'elle vise à produire de l'électricité à partir dudit Barrage à des fins de développement.

Il convient de rappeler que Le Caire et Khartoum appellent à la conclusion d'un accord tripartite juridiquement contraignant pour préserver leurs installations hydrauliques.

*Traduit de l'arabe par Malèk Jomni

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın