Monde

Le ministère soudanais des Affaires étrangères convoque le chef de la Minuats, Volker Perthes

- La diplomatie soudanaise a exprimé le mécontentement du gouvernement soudanais face aux déclarations du chef de la Mission intégrée des Nations unies pour l'assistance à la transition au Soudan, concernant les manifestations prévues jeudi

1 23   | 30.06.2022
Le ministère soudanais des Affaires étrangères convoque le chef de la Minuats, Volker Perthes

Sudan

AA/Khartoum

Le ministère soudanais des Affaires étrangères a convoqué, mercredi, le chef de la Mission intégrée des Nations unies pour l'assistance à la transition au Soudan (Minuats), Volker Perthes, après ses déclarations sur les manifestations populaires prévues jeudi.

Dans un communiqué rendu public, mardi, par la Minuats, Perthes a appelé les autorités soudanaises à "protéger le droit de rassemblement pacifique et la liberté d'expression", affirmant que "la violence contre les manifestants ne sera pas tolérée".

Le sous-secrétaire du ministère soudanais des Affaires étrangères, Da'fallah Al-Haj Ali Osman, "a convoqué aujourd'hui Volker Perthes, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Soudan et chef de la Minuats", indique la diplomatie soudanaise dans un communiqué.

Le communiqué ajoute que Al-Haj Ali Osman a informé Perthes "du mécontentement du gouvernement soudanais face à ses déclarations".

"Les déclarations de Perthes sont basées sur des allégations infondées contre les forces de l'ordre soudanaises, et ceci contredit son rôle de facilitateur, censé rapprocher les différentes parties pour parvenir à la réconciliation à laquelle chacun aspire", a-t-il souligné.

Le haut responsable soudanais a également expliqué que de "telles déclarations sont inacceptables car elles portent atteinte à la souveraineté nationale", mettant l'accent sur « l'intangibilité des libertés et des droits ».

"Les forces de l'ordre représentées par le ministère public et la police protègent les citoyens et les biens publics conformément à la loi", a-t-il rappelé.

Plusieurs villes soudanaises, dont la capitale, Khartoum, connaîtront jeudi des manifestations pour exiger un transfert du pouvoir vers un régime civil.

Le Soudan est en proie à une crise politique aiguë depuis le 25 octobre, après que le général Abdel Fattah al-Burhan a annoncé la dissolution des Conseils de souveraineté et des ministres (les autorités de transition), décrété l’état d’urgence et s'est engagé à former un gouvernement de compétences indépendantes.

L'ONU, l'Union africaine et l'organisation régionale est-africaine « IGAD » avaient lancé le 8 juin un dialogue pour mettre fin à l'impasse politique au Soudan mais l’initiative tripartite a été boycottée par les principaux blocs civils.

Les Forces de la liberté et du changement (FLC), le principal acteur civil, posent comme préalable, pour prendre part au dialogue avec les autorités militaires, la fin de la répression et la libération des prisonniers.

*Traduit de l'arabe par Hajer Cherni

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın