Monde

L'avenir politique de Haftar sera décidé uniquement par les Libyens, selon un responsable américain

Dans une interview à l'agence de presse officielle algérienne

1 23   | 27.07.2021
L'avenir politique de Haftar sera décidé uniquement par les Libyens, selon un responsable américain

Algeria

AA/Alger

Le secrétaire d'Etat adjoint par intérim des Etats-Unis pour le Proche-Orient, Joey Hood a déclaré mardi, que l'avenir politique du général à la retraite Khalifa Haftar sera déterminé uniquement, par le peuple libyen et que Washington coordonne avec ses partenaires, dont la Turquie, au sujet de la crise qui sévit dans ce pays arabe.

C’est ce qui ressort d’une interview accordée à l'agence de presse officielle algérienne en marge de sa visite de deux jours (dimanche et lundi) à Alger.

En réponse à une question sur la position de Washington quant au rôle de Haftar en Libye, Hood a affirmé que l’avenir de ce dernier, ainsi que celui des autres parties politiques et militaires en Libye reviennent uniquement au peuple libyen.

"Par conséquent, si le peuple libyen trouve que Haftar joue un rôle pratique et constructif, il appartient alors à lui seul de décider de son futur rôle".

Concernant le rôle des Etats-Unis dans la voie politique actuelle, le responsable américain a indiqué que son pays œuvre avec ses partenaires et ses alliés, dont la Turquie, membre de l’OTAN, ainsi qu'avec la Russie, l’Union européenne et en particulier les Libyens, étant donné que la plus haute priorité pour Washington est de retirer les forces étrangères et de mettre fin à toutes les interventions militaires étrangères.

"C’est pour que le peuple libyen puisse, pleinement, restaurer sa souveraineté et permettre au gouvernement élu en décembre de décider des relations qu'il souhaite établir avec d'autres pays sans pression extérieure", a-t-il ajouté.

Au sujet du rôle de l'Algérie dans le dossier libyen, Hood a souligné que l'Algérie, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, avait son mot à dire sur cette question, dans la région et à l'étranger, exprimant l’aptitude de Washington à travailler avec le gouvernement algérien, à ce sujet.

Interrogé sur la position de l'administration Joe Biden sur le conflit du Sahara, Hood a indiqué que la position américaine est claire et que Washington souhaite que les Nations Unies mènent un processus conduisant à une solution acceptable par toutes les parties prônant la paix et la stabilité, dans la région.

"Nous consacrons notre temps et notre énergie pour cela et nous attendons la nomination d'un Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies dans les plus brefs délais. Nous sommes prêts à aider un envoyé de l’ONU à commencer son travail le plus rapidement possible et il aura notre plein soutien ainsi que celui de nos alliés", a-t-il expliqué.

Un conflit entre le Maroc et le "Polisario" sur la région du Sahara dure depuis 1975. Il a commencé après que l'occupation espagnole a mis fin à sa présence dans la région.

Le conflit s'est transformé en une confrontation armée qui a duré jusqu'en 1991 et a pris fin avec la signature d'un accord de cessez-le-feu qui considérait Guerguerat comme une zone démilitarisée.

Rabat insiste sur son droit à la région du Sahara et propose une autonomie étendue sous sa souveraineté, tandis que le "Polisario" demande un référendum pour déterminer le sort de la région, proposition soutenue par l'Algérie, qui accueille des réfugiés de la région contestée.

Le 30 octobre, le Conseil de sécurité de l'ONU avait décidé de prolonger le mandat de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum dans la région du Sahara "MINURSO" pour une durée d'un an, soit jusqu'au 31 octobre 2021.

*Traduit de l'arabe par Wejden Jlassi

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın