Politique, Monde

La France rapatrie 16 mères et 35 enfants détenus dans des camps du nord-est syrien

- Cette annonce marque une nette rupture avec le mode opératoire de la France qui consistait jusqu’à présent à évaluer les situations au cas par cas, en rapatriant les enfants au compte-goutte et en refusant de rapatrier les mères.

Feiza Ben Mohamed   | 05.07.2022
La France rapatrie 16 mères et 35 enfants détenus dans des camps du nord-est syrien

France

AA / Nice / Feïza Ben Mohamed

La France a procédé au rapatriement de 16 mères et 35 enfants, français, détenus dans des camps du nord-est de la Syrie, a annoncé mardi le Quai d’Orsay dans un communiqué.

« Les mineurs ont été remis aux services chargés de l’aide à l’enfance et feront l’objet d’un suivi médical », indique la diplomatie française.

S’agissant des mères, elles « ont été remises aux autorités judiciaires compétentes ».

« La France tient à remercier les autorités locales du nord-est syrien pour la coopération qui a rendu possible cette opération », conclut le ministère des Affaires étrangères.

Cette annonce marque, donc, une nette rupture avec le mode opératoire de la France qui consistait jusqu’à présent à évaluer les situations au cas par cas, en rapatriant les enfants au compte-goutte et en refusant de rapatrier les mères.

Le président français Emmanuel Macron, avait promis à l’entre-deux-tours du scrutin présidentiel, en avril dernier, que ces « opérations se feront » mais n’avait pas donné davantage de détails « pour ne pas politiser cette question et assurer une totale sécurité ».

Le 9 avril dernier, à la veille du premier tour de la présidentielle, Emmanuel Macron avait été interpellé par de nombreuses personnalités, parmi lesquelles, Jacques Toubon, ancien défenseur des droits, dans une tribune publiée dans la Journal Le Monde.

Les signataires l’exhortaient à faire « le choix de la sécurité et de l’humanité » en les rapatriant.

« Monsieur le Président, vous le savez : ces enfants français sont innocents. Pourquoi refusez-vous de les libérer d’un interminable cauchemar ? Tous ou presque sont entrés dans ces camps avant l’âge de 6 ans et y survivent dans des conditions atroces », indique la tribune.

À noter que ces ressortissants français sont détenus dans des camps notamment à Roj et Al-Hol, par des factions kurdes syriennes.

La France a déjà procédé à plusieurs opérations de rapatriement et évacué une poignée d’enfants dont les dossiers ont été évalués au cas par cas.

En mars et juin 2019, il a été procédé au rapatriement de 17 jeunes enfants dont la plupart sont orphelins ainsi qu’au rapatriement d’une petite fille souffrant d’une maladie cardiaque.

Plus tard, en juin 2020, une dizaine d’autres petits français avaient pu regagner l’Hexagone pour être pris en charge.

En janvier 2021, le Quai d’Orsay a ensuite rapatrié sept jeunes mineurs « particulièrement vulnérables » qui étaient retenus dans un camp du nord-est syrien.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın