Monde

La Corée du Nord envisagerait de reprendre ses activités militaires "temporairement suspendues"

- En référence aux essais d'armes nucléaires et aux tests de missiles à longue portée qu'elle avait suspendus en 2017

Raşa Evrensel   | 20.01.2022
La Corée du Nord envisagerait de reprendre ses activités militaires "temporairement suspendues"

Ankara

AA / Ankara

La Corée du Nord a annoncé qu'elle envisagerait de reprendre toutes les activités militaires "temporairement suspendues", afin de renforcer ses défenses contre les États-Unis.

C'est ce qu'a déclaré le président nord-coréen Kim Jong Un, lors d'une réunion du bureau politique du Parti du travail au pouvoir, ce mercredi, selon un communiqué publié par l'agence de presse officielle.

L'agence a fait savoir que Kim Jong-Un avait émis des ordres "pour reconsidérer à grande échelle… et pour étudier la question de la reprise immédiate de toutes les activités (de défense) temporairement suspendues", faisant référence aux armes nucléaires et aux essais de missiles à longue portée, que Pyongyang avait suspendus en 2017.

"La décision est une étape appropriée et opportune pour garantir de manière fiable les droits souverains de notre pays à la lumière des nécessités urgentes de la situation actuelle", indique le communiqué.

Kim Jong-Un a également averti que les menaces américaines "ont atteint un stade de danger qui ne peut être ignoré", appelant les responsables de la défense à "entamer immédiatement le renforcement des capacités matérielles" du pays pour contrer les "mouvements hostiles" de Washington, selon le communiqué.

Le dirigeant nord-coréen a noté que "Washington a sapé les progrès réalisés dans les pourparlers avec son pays, en menant des centaines d'exercices militaires conjoints et de tests de toutes sortes d'armes stratégiques (avec son voisin du sud)".

Et d’ajouter que Washington "envoie également des moyens offensifs ultramodernes à la Corée du Sud et des armes nucléaires stratégiques dans la région autour de la péninsule coréenne, ce qui menace gravement la sécurité de notre pays".

Kim Jong-Un a qualifié les sanctions imposées par Washington la semaine dernière d'"acte insensé" et a accusé les États-Unis d'essayer de priver la Corée du Nord de son droit à l'autodéfense.

La Corée du Nord a intensifié ses tests de missiles cette année et a effectué quatre essais au cours des trois dernières semaines seulement, dont l’essai d’un missile hypersonique nouvellement développé.

Au cours de la semaine dernière, les États-Unis ont imposé des sanctions contre cinq personnalités nord-coréennes accusées d'être impliqués dans les programmes d'armes de destruction massive et de missiles balistiques de Pyongyang.

Les sanctions ont été imposées après l’annonce faite le même jour par la Corée du Nord, d’avoir "réussi" le test final de son missile hypersonique nouvellement développé, selon la presse officielle.

En riposte à ces sanctions, le ministère des Affaires étrangères de la Corée du Nord a averti d’une "réponse plus forte et plus claire", si les États-Unis poursuivaient leur "attitude de confrontation" avec son pays.

Les négociations nucléaires entre Washington et Pyongyang se sont embourbées depuis plus de deux ans, suite à des divergences sur la manière de mettre fin aux sanctions américaines sévères contre la Corée du Nord, en échange de la dénucléarisation du pays.

Les États-Unis ont exhorté la Corée du Nord à reprendre les pourparlers sans conditions préalables, mais cette dernière a fait valoir qu'elle ne le ferait que si les Américains abandonnaient leur "politique hostile", une référence manifeste aux sanctions et aux manœuvres militaires régulières, menées entre Washington et Séoul.

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.