Monde

L'Émir du Qatar et le Président libanais discutent des développements au Liban

- Lors de leur rencontre, à Doha, dans le cadre d'une visite officielle du président libanais au Qatar.

1 23   | 29.11.2021
L'Émir du Qatar et le Président libanais discutent des développements au Liban

Qatar

AA / Doha

L'Émir du Qatar, Tamim bin Hamad, s'est entretenu lundi avec le président libanais Michel Aoun du renforcement de la coopération bilatérale et de l'évolution de la situation au Liban.

C'est ce qui ressort de leur rencontre à l'Amiri Diwan (palais princier). dans la capitale, Doha, dans le cadre d'une visite officielle du président libanais au Qatar, selon l'agence de presse officielle qatarie (QNA).

Au cours de cette rencontre, les deux parties ont discuté de l'évolution de la situation au Liban et des derniers développements (..) ainsi que des relations bilatérales entre les deux pays frères, et des moyens de les renforcer dans divers domaines.

Les entretiens ont également porté sur les développements les plus importants d'intérêt commun aux niveaux régional et international.

Dans ce contexte, Aoun a exprimé ses sincères remerciements à l'Émir du Qatar pour le soutien permanent de son pays au peuple libanais, indique la même source.

Plus tôt lundi, Aoun avait déclaré qu'il demanderait au Qatar de lancer de multiples investissements dans son pays, dans le but d'injecter de nouvelles liquidités qui pourraient aider le pays à se relever.

Dans une déclaration au journal qatari Al-Raya, Aoun a ajouté que son pays avait besoin d'investissements qataris dans plusieurs secteurs, comme l'électricité et les infrastructures, en plus du placement bancaire.

Le président libanais a entamé une visite officielle d'une durée indéterminée au Qatar, pour discuter des développements au Liban et dans la région et en vue de renforcer la coopération dans divers domaines.

A noter qu'il s'agit de la première visite d'un responsable libanais depuis la formation du gouvernement de Najib Mikati, dans le contexte de l'éclatement d'une crise diplomatique entre Beyrouth et les pays du Golfe, notamment l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, en octobre dernier sur fond de déclarations du ministre libanais de l'Information Georges Kordahi sur la guerre au Yémen.

Dans une interview enregistrée en août dernier (avant sa nomination en tant que ministre) et diffusée le 25 octobre, Kordahi a déclaré que les Houthis « se défendaient contre les attaques de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis ».

Suite à cette déclaration, les États du Golfe ont pris des décisions strictes à l'égard du Liban. L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Koweït et le Yémen ont annoncé le retrait de leurs ambassadeurs respectifs de Beyrouth. L'Arabie saoudite est allée encore plus loin dans ces décisions jusqu'à l'interdiction de toutes les importations libanaises.

Depuis deux ans, les Libanais sont en proie à une grave crise économique sans précédent qui a entraîné un effondrement record de la valeur de la monnaie locale par rapport au dollar, ainsi qu'une pénurie de carburant et de médicaments, et l'effondrement de leur pouvoir d'achat.

*Traduit de l'arabe par Wejden Jlassi

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın