Monde

Italie: ouverture du procès de Matteo Salvini, accusé d’avoir empêché l'amarrage d'un navire de migrants

-L’ancien ministre de l’intérieur et chef de « La Ligue du nord », parti d'extrême-droite, risque jusqu’à 15 ans de prison.

Raşa Evrensel   | 23.10.2021
Italie: ouverture du procès de Matteo Salvini, accusé d’avoir empêché l'amarrage d'un navire de migrants

Istanbul

AA/Istanbul

L'ancien ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, comparaît ce samedi devant le tribunal de la ville de Palerme, capitale de la Sicile, pour avoir empêché un navire humanitaire d'accoster dans l'un des ports de son pays en 2019, bloquant ainsi des migrants en mer pendant plusieurs jours.

L’Agence américaine « Associated Press » (AP) a rapporté que Salvini fait face à des accusations d’« abus de pouvoir et de privation de liberté », après avoir empêché en août 2019 le navire de l'ONG espagnol « Open Arms », abritant 147 migrants, d'accoster dans un port italien, le bloquant ainsi pendant plusieurs jours au large, lorsqu’il occupait les fonctions de ministre de l'Intérieur.

Parmi les témoins convoqués au procès figure l'acteur américain Richard Gere, qui avait rendu visite aux migrants à bord du navire « Open Arms », après avoir eu connaissance de leur péripétie, lors de ses vacances en famille en Italie, selon la même source.

Salvini, le patron de « La Ligue du nord », parti d'extrême-droite, risque jusqu'à 15 ans de prison.

« C’est désolant d’entendre dire que Richard Gere viendra d'Hollywood pour témoigner de ma carrière (…) ce qui en dit long sur le sérieux de mon procès », a soutenu l’ancien ministre de l’Intérieur dans une déclaration à la presse, reprise par l’AP.

Salvini dénonce des accusations « surréalistes », assurant avoir agi pour le bien de l’Italie.

Au cours de cette épreuve, qui a duré près de trois semaines, certains migrants se sont jetés à l’eau en désespoir de cause, tandis que le capitaine de l’ « Open Arms » exigeait un port sûr à proximité pour accoster.

Certains des migrants ont été emmenés à terre pour des raisons humanitaires ou de santé, tandis que les 83 autres ont finalement été autorisés à débarquer sur l'île de Lampedusa, dans le sud de l'Italie.

Le procès s’était ouvert le 15 septembre 2021, mais avait été renvoyé immédiatement au samedi 23 octobre.

Salvini, qui a été ministre de l'Intérieur de juin 2018 à septembre 2019, avait pris une position considérée comme une ligne dure sur l'immigration, selon l’AP


*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.