Monde

Idleb: 400 civils tués par le Régime et la Russie entre deux cessez-le-feu

- Le Réseau syrien des droits de l'homme (SNHR) a rapporté que 387 civils ont été tués dans les attaques menées par les forces du régime de Bachar al-Assad dans la zone de désescalade d'Idleb entre le 12 janvier et le 6 mars.

Ayvaz Çolakoğlu   | 27.03.2020
Idleb: 400 civils tués par le Régime et la Russie entre deux cessez-le-feu

Ankara

AA - Ankara - Adham Kako

Le Réseau Syrien des droits de l'Homme (SNHR), a établi le bilan des civils tués par le Régime syrien et la Russie, dans la période entre la fin d'un premier cessez-le-feu achevé le 12 janvier dernier dans la zone de désescalade d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, et un plus récent cessez-le-feu établi le 6 mars, par la médiation de la Turquie et de la Russie.

À la suite des attaques de l'armée du Régime d'al-Assad et des groupes terroristes étrangers soutenus par l'Iran, ainsi que les attaques de leur allié russe, 387 civils sont morts dans la zone de désescalade d'Idleb, parmi lesquels figurent 104 enfants et 62 femmes.

Lors des attaques des forces du Régime, 174 civils ont été tués dont 40 enfants et 18 femmes, tandis que la Russie a tué 213 civils, 64 enfants et 44 femmes.

- Les deux derniers cessez-le-feu à Idleb

Le ministère turc de la Défense avait déclaré dans un communiqué, le 10 Janvier dernier, que la Turquie et la Russie étaient convenues de mettre en place un cessez-le-feu dès le 12 Janvier 2020 à 00 heure 01.

Cependant, le régime d'al-Assad et ses alliés avaient poursuivi leurs attaques à Idleb, ignorant le cessez-le-feu.

Suite à ces violations incessantes du cessez-le-feu par le régime syrien et ses alliés, les présidents turc, Recep Tayyip Erdogan et russe, Vladimir Poutine, ont établi, dans la capitale russe, un nouvel accord de cessez-le-feu à mettre en place dès le 6 Mars 2020 à 00 heure 01.

Malgré les violations répétées des forces du Régime, le cessez-le-feu est largement respecté.

- La situation à Idleb

La Syrie est plongée dans une guerre civile depuis le début de 2011.

Depuis lors, des centaines de milliers de personnes ont été tuées et plus de 10 millions d'autres déplacées, selon les chiffres de l'organisation des Nations Unies (ONU).

La ville d'Idleb, près de la frontière sud de la Turquie, est située dans une zone de désescalade définie dans un accord entre la Turquie et la Russie fin 2018. Le régime syrien et ses alliés ont cependant systématiquement violé les termes du cessez-le-feu, menant de fréquentes attaques à l'intérieur des terres où les actes d'agression sont expressément interdits.

La zone de désescalade abrite actuellement environ 4 millions de civils, dont des centaines de milliers de personnes déplacées ces dernières années par les forces du régime dans l'intégralité du pays déchiré par la guerre.

Au cours des derniers mois, environ 1 942 000 réfugiés forcés de quitter Idleb, se sont dirigés vers la frontière turque, fuyant les attaques du régime d'al-Assad et de ses alliés, créant une situation humanitaire tragique.

La Turquie a demandé l'arrêt immédiat des attaques contre Idleb et le respect du cessez-le-feu, avertissant que si les attaques ne s'arrêtent pas, la Turquie prendrait ses initiatives.



Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın