Monde

Gaza : l'UNRWA entame les travaux de réparation de 1 200 maisons endommagées lors de l'agression israélienne

- Ces maisons avaient été gravement endommagées lors de la récente agression israélienne contre la Bande de Gaza

Nour Mahd Ali Abu Aisha   | 12.10.2021
Gaza : l'UNRWA entame les travaux de réparation de 1 200 maisons endommagées lors de l'agression israélienne

Gazze

AA / Gaza

L'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a annoncé mardi, le démarrage des travaux de réparation de centaines de maisons endommagées, lors de la récente agression israélienne contre la Bande de Gaza.

C'est ce qu'a affirmé le commissaire général de l'Agence, Philippe Lazzarini, lors d'une conférence tenue devant l'une des maisons endommagées, dans un Camp pour les réfugiés palestiniens, à l'ouest de la ville de Gaza.

"1 200 maisons détruites appartenant à les familles palestiniennes qui n'ont pas pu rentrer chez elles à cause des destructions seront reconstruites, a-t-il indiqué. Ainsi, 7 000 familles seront prises en charge et bénéficieront d'un appui total."

Lazzarini a expliqué que l'agence a besoin de "20 millions de dollars américains, pour faire face aux besoins du secteur", en termes de réparation des maisons détruites.

Pendant 11 jours, Israël a lancé une agression contre la Bande de Gaza, qui s'est achevée par un cessez-le-feu le 21 mai.

L'agression a entraîné de grande pertes, où 1 335 installations résidentielles ont été totalement ou gravement détruites, tandis qu'environ 12 886 maisons partiellement endommagées, selon le Bureau d'information du gouvernement à Gaza.

D'autre part, Lazzarini a déclaré que l'UNRWA ne dispose pas des liquidités "lui permettant de payer les salaires d'environ 28 000 employés travaillant dans son siège, au cours des prochains mois de novembre et décembre".

Il s'est dit préoccupé par le "déficit persistant du budget de l'UNRWA", qui met en "péril" la continuité de la prestation de services.

Cependant, il a exprimé son optimisme quant à la possibilité de "surmonter cette crise en coopération avec les États membres".

Concernant l'accord bilatéral entre l'UNRWA et Washington, Lazzarini a nié l'existence de toute "exigence politique, ou d'un accord qui pourrait affecter le mandat de l'UNRWA, ou entrer en conflit avec les valeurs auxquelles l'agence s'est engagée".

Début avril, l'Administration du Président américain, Joe Biden, a annoncé le rétablissement d'un soutien financier de 150 millions de dollars via l'UNRWA, après sa suppression par l'ancien Président, Donald Trump.

L’un des termes de l’accord, stipule "la cessation des aides à tout réfugié suspecté d'appartenir à l’Armée de libération de la Palestine, et à n'importe quelle autre organisation 'criminelle' où participant dans activités classées comme terroriste par Israël et les États-Unis."

L'accord stipule également, selon le Bureau exécutif pour les réfugiés, "la surveillance du programme palestinien, la suppression et la suspension de tout contenu qui ne correspond pas au point de vue de l'occupation, et la surveillance de toutes les institutions de l'UNRWA".

L'UNRWA fournit des services de base, notamment dans les domaines de l'éducation et de la santé, à plus de 5,5 millions de réfugiés palestiniens en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza.

L’UNRWA a été créée par une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies en 1949 pour apporter assistance et protection aux réfugiés palestiniens dans cinq zones d’opérations, en Jordanie, en Syrie, au Liban, en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza.

*Traduit de l'arabe par Hajer Cherni

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.