Monde

France : les violentes images des forces de l’ordre chassant des exilés à Paris font scandale

Lassaad Ben Ahmed   | 24.11.2020
France : les violentes images des forces de l’ordre chassant des exilés à Paris font scandale ( Julien Mattia - Anadolu Ajansı )

France

AA / Nice / Feïza Ben Mohamed

Les réactions continuent de fuser de toute part après la diffusion, sur les réseaux sociaux, dans la nuit de lundi à mardi, de vidéos montrant les forces de l’ordre françaises chasser des exilés en plein cœur de Paris.

Le ministre de l’intérieur Gerald Darmanin lui-même, dénonce des « images choquantes » et somme le Préfet de police de Paris de s’expliquer.

Vidéos, photos et témoignages font le tour du web et attestent de la violence et du manque d’humanité avec lesquels les autorités françaises ont procédé à l’évacuation de centaines de demandeurs d’asile sur la Place de la République.

« Je viens de demander un rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police d’ici demain midi », a fait savoir le locataire de Beauvau, assurant qu’il prendrait « des décisions dès sa réception ».

Et les réactions politiques ont également été particulièrement nombreuses.

Pour la député de gauche Danièle Obono, le « pouvoir n'est plus à la dérive » mais « est complètement englouti ».

Le chef de file de la France Insoumise (gauche), Jean-Luc Mélenchon, estime de son côté que les événements survenus lundi soir reflètent « un usage disproportionné de la force, honteux pour notre police » et demande « une reprise en main de la discipline républicaine dans la police ».

La ministre déléguée au logement, Emmanuelle Wargon, elle-même, s’est fendue d’un communiqué commun avec la ministre déléguée à la citoyenneté Marlène Schiappa et affirme que « les images d'hier soir ne reflètent pas la politique du Gouvernement en matière de mise à l'abri des personnes à la rue ».

Enfin, le média en ligne « Brut », a fait savoir sur son compte Twitter que son journaliste, Rémy Buisine, présent pour couvrir les faits « a été molesté à plusieurs reprises par un policier » et « demande des explications à la Préfecture de Police et au ministère de l’Intérieur ».

Pour rappel, six jours après l’évacuation de leur campement à Saint-Denis (banlieue parisienne), les nombreux demandeurs d’asile et migrants qui n’ont pas été pris en charge par les autorités, ont installé leurs tentes sur la célèbre place de la République pour alerter sur leurs conditions.

Les exilés, ont dû fuir, poussés par des jets de gaz lacrymogène et des coups de matraques, livrés à eux-mêmes, en errance dans les rues de la capitale.

Après une longue marche, ils se sont arrêtés du côté d’Aubervilliers (banlieue parisienne).

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın