Politique, Monde

France : le nom de Damien Abad cité dans une affaire de tentative de meurtre d'un syndicaliste

- Après les accusations de viols qu'il nie en bloc, le nouveau ministre des Solidarités est cité dans des écoutes téléphoniques de la police en 2020, alors qu'il cherchait à s'informer sur une enquête judiciaire.

Ekip   | 25.05.2022
France : le nom de Damien Abad cité dans une affaire de tentative de meurtre d'un syndicaliste

France

AA / Paris / Ümit Dönmez

Le nom du nouveau ministre des Solidarités est cité dans une enquête judiciaire liée à une affaire de barbouzerie, a révélé mardi le quotidien Libération.

Selon le journal, le nom de Damien Abad, en pleine tourmente d'accusation de viols qu'il nie en bloc, apparaît également dans des écoutes policières datant de l'année 2020.

L'ancien président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, serait allé recueillir des informations auprès de la préfète de l'Ain et du procureur dans une affaire de tentative de meurtre impliquant un de ses amis et la sœur de ce dernier. Le député, interrogé par le journal, reconnaît avoir pris contact avec la préfète pour s'informer du dossier, mais pas avec le procureur.

L'enquête se focalise sur un complot pour l'assassinat d'un salarié d'une usine de plastiques de la vallée d'Oyonnax, dont la tête aurait été mise à prix par ses patrons, Laurent et Muriel, deux frère et sœur, selon le quotidien.

Suite à l'arrestation, à l'été 2020 dans la région parisienne, de deux militaires de la direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE) qui se prépareraient alors à assassiner une femme "devant chez elle", et à la saisine de deux juges, une "cellule criminelle composée d'anciens des services de renseignements et d'agents de la sécurité privée a été mise au jour", rapporte Libé.

"Selon les juges, ce petit groupe, membres dévoyés d'une loge franc-maçonne, effectuait des filatures, tabassait des cibles, fomentait des projets sanglants", et était soupçonné d'un autre meurtre, lit-on encore dans le quotidien.

Dans le cadre de l'enquête, l'un des suspects "a dévoilé l'existence d'un projet fou, un de plus : un contrat placé sur la tête d'un salarié d'une usine de plastique", rapporte le journal, indiquant qu'il s'agissait d'un "syndicaliste", qui avait, par ailleurs, été aperçu à un rond-point, lors des manifestations des Gilets jaunes. Les deux patrons ont, ensuite, été placés sur écoute.

Ils ont, alors, évoqué le nom de Damien Abad qui s'informait du dossier judiciaire auprès des autorités, par le biais de ses relations. Le député aurait, par ailleurs, conseillé ses amis de s'exprimer dans la presse locale pour mettre fin à la polémique. Celui-ci indique leur avoir "suggéré de faire un article [..] par rapport à la société. Mais jamais, je n'ai cherché à les protéger", explique-t-il au quotidien.

"Il (Damien Abad NDLR) va essayer d’aller un peu à la pêche aux informations et il me tient au courant, et nous, on le tient au courant au fur et à mesure", confie Laurent à sa sœur lors de cette conversation téléphonique, rapporte Libération.

Damien Abad, interrogé par le journal, reconnaît les faits, mais nie toute intention d'interférer dans l'enquête judiciaire.

Libé indique également que Laurent, l'ami d'Abad, "est innocenté à ce stade de toute implication alors que Muriel est soupçonnée d'association de malfaiteurs « en vue de commettre un crime » avec son mari". Le journal précise que le couple a passé "quelques mois en détention préventive" et que Muriel porte un bracelet électronique, selon son avocat.

Le quotidien s'interroge sur une éventuelle volonté du député de l'Ain, d'interférer dans l'enquête judiciaire.

Pour sa part, Damien Abad "assure qu’il n’a fait que répondre ce jour-là à un ami en pleurs. Il m’a appelé. Je lui ai remonté le moral comme à un ami. Je me suis renseigné sur ce qui se passait, c’est tout. Je ne me permettrais pas d’interférer", a-t-il répondu à nos confrères de Libération.

À ce jour, une quinzaine de personnes ont été mises en examen dans l'affaire de la cellue de barbouze, indiqué Libé.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın