Monde

France : Emmanuel Macron sermonne les médaillés olympiques (Opinion)*

- Le Président de la République a reçu lundi 13 septembre les médaillés des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo pour les "célébrer" et "préparer" aux JO de Paris 2024.

1 23   | 17.09.2021
France : Emmanuel Macron sermonne les médaillés olympiques (Opinion)*

France

AA / Paris / Fatih KARAKAYA

Cela peut ressembler à une réunion d’entreprise où le manager réprimande les employés qui n’ont pas eu de résultats satisfaisants au cours du mois précédent, mais non, c’est tout simplement le Président français qui sermonne les sportifs olympiques médaillés parce que ceux qui ne sont pas été invités n’ont pas réussi à avoir plus de médailles...


- On aurait pu s'y méprendre

Le Président de la République a reçu lundi 13 septembre les médaillés des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo pour les "célébrer" et "préparer" aux JO de Paris 2024. Devant plus d'une centaine de médaillés, le Président n’a pas caché sa déception sur le peu de médailles remportées. Tel un chef d’entreprise, Macron a clairement fait savoir que "le bilan n'est pas tout à fait celui que nous attendions".

Le Chef de l’État ne s’est pas arrêté là, puisque tel un professeur qui rend des copies de devoirs, il a constaté que « les résultats étaient là, mais que des progrès restent possibles ». Alors qu’en face de lui se trouvaient des sportifs médaillés, donc des personnes qui ont accompli leur mission, voire leurs devoirs vis-à-vis de la nation, Macron en éternel contrarié, les a presque accusés d’être responsable de ce qu'il a fait ressentir comme un échec. Au-delà d’avoir jeté l'opprobre aux médaillés, le Président français a exigé des « résultats » de la part des athlètes tout en leur de parlant du coût du soutien public, au cours d'un discours qui ne manque pourtant d'honorer des sportifs handicapés qui n'auraient peut-être pas pu accéder aux honneurs, sans le soutien de l'État.

« Dans certains sports, le bilan est même mitigé », a estimé le Président avant de souligner « qu’on ne pouvait pas construire une réussite sans dire la vérité ».


- Les Britanniques sont meilleurs que nous


Il a ensuite donné l’exemple des Britanniques, « pour ne donner que cet exemple ». Le Président n’a pas caché sa déception de les voir mieux réussir alors que « leurs autorités investissent moins de crédits publics que nous pour des résultats supérieurs à nous ».

Ainsi, Macron a indirectement fait savoir qu’il suivait de près les sportifs nationaux, mais aussi « la concurrence ». Plutôt que de féliciter ceux qui ont réussi, il a pointé le doigt vers d’autres nations tel un jaloux.

Face à la déception, Macron a promis des « réformes en profondeur pour les modalités de soutien et de sa répartition » comme il le fera pour les retraites ou le pouvoir d’achat. Il a même annoncé que les domaines sportifs à fort potentiel, comprendre, « ceux qui rapportent des médailles » seront mieux valorisés que les domaines qui ne « rapportent » pas.

Parlant de « pactes de performances », il a appelé le secteur privé à s’engager davantage afin d’expérimenter ce qu’il a appelé « un capital sportif-entrepreneur ». Ainsi, le Chef de l’État veut transformer le sport en une entreprise qui rapporte et qu’on la pratique non pas pour la dignité, l'honneur, la santé, l'épanouissement ou le plaisir, mais pour « ses bénéfices ».



- Faire beaucoup mieux


Toujours sur un ton aussi irréaliste, Macron a mis en garde les sportifs pour les jeux olympiques de 2024 à Paris.
« Je ne suis pas de ceux qui fixent comme ambition de faire aussi bien et je le dis clairement on doit faire beaucoup plus, beaucoup plus", a exigé le Président.
Ces propos n'ont pas manqué de choquer nombre d'internautes émettant des critiques sur « la manière », mais aussi sur le fond. Sur Twitter un utilisateur allait jusqu'à se demander « pourquoi les sportifs n’ont pas tourné le dos » pour exprimer leur désarroi.

« On a longtemps enseigné que dans le sport “l’important, c’est de participer”. Dans la start up nation macronienne, l’important, c’est de gagner. Et ça change tout », ironisait un autre internaute.

"Il semblerait qu'Emmanuel Macron continue d'être victime de sa déformation professionnelle, rémanence du monde stoïque des finances", lisait-on dans un autre partage...

""Le Président français continue d'être victime d'une déformation professionnelle, mais aussi d'un déficit aigu en olympisme", réagissait un autre internaute avant d'ajouter "Coubertin a appelé, il demande ta démission."

Face aux médias, après le discours du président, le triple champion olympique, Teddy Riner déclarait : "La France est une grande nation du sport, mais se dire qu'on va faire 90 médailles à Paris 2024, non. J'aimerais qu'on me fasse mentir, mais il faut faire beaucoup plus de choses pour prétendre à 90 médaillés dans 3 ans", avant d'ajouter "il fallait investir déjà 7 ans en arrière dans le sport, massivement, confronter notre jeunesse à l'international"...


* Les opinions exprimées dans cette analyse n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la ligne éditoriale de l'Agence Anadolu (AA).

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.