Monde

En France, les étudiants musulmans partagent leurs repas du Ramadan avec leurs amis

- L'Association des étudiants musulmans de France, fondée par des étudiants musulmans, a, pendant le mois de Ramadan, augmenté l'aide apportée chaque mois de l'année à leurs amis économiquement dépourvus par la pandémie de la Covid-19

Alaattin Doğru   | 22.04.2021
En France, les étudiants musulmans partagent leurs repas du Ramadan avec leurs amis

Ile-de-France

AA / Paris

Une association fondée par des étudiants musulmans en France se mobilise pendant le mois de Ramadan pour la cause des étudiants défavorisés à cause des mesures liées à la pandémie du nouveau type de coronavirus (Covid-19)

L'Association des étudiants musulmans de France (EMF) accompagne les étudiants qui connaissent des difficultés financières en raison du coût de la vie, des loyers élevés et des licenciements, malgré la réduction des frais de repas à un euro pour les étudiants.

Les étudiants musulmans, qui ont augmenté l'aide apportée chaque mois de l'année pendant le Ramadan, distribuent des kits alimentaires, des kits d'hygiène et de papeterie aux étudiants dans le besoin à l'Université de Saint-Denis.

Kayo, secrétaire général de l'antenne de Saint-Denis de l'EMF, a déclaré à l'Agence Anadolu que depuis la création de l'association, ils se mobilisent pour les étudiants, essayant notamment de tout faire pour aider leurs amis en situation difficile depuis le début de la pandémie.

Kayo a souligné que l'association a déjà distribué de la nourriture trois fois pendant le Ramadan à l'Université Saint-Denis. L'aide se poursuivra jusqu'à la fin du mois, et ils sont heureux de partager les bénédictions du Ramadan avec des étudiants en difficulté financière.

- L'aide se poursuivra après le Ramadan

Kayo a déclaré qu'avec l'appui des volontaires qui ont rejoint l'association pour les soutenir pendant le Ramadan, ils ont distribué 50 kits alimentaires à deux reprises depuis le début du mois, et qu'ils en distribueront 50 autres ce jour. Elle distribue régulièrement des kits d'hygiène, des repas, des fournitures de cuisine et des kits de papeterie chaque mois.

"Ce samedi par exemple, ce sera 50 repas et 50 kits d'hygiène. Nous avons encore plusieurs distributions prévues jusqu'à la fin du mois. Nous espérons pouvoir continuer nos actions après ce mois, parce que la précarité des étudiants ne s'arrête pas pendant le mois de Ramadan", a-t-il martelé.

"Malheureusement, le gouvernement français ne fait pas assez pour faire face à cette situation", a mentionné Kayo, notant que l'épidémie de Kovid-19 a aggravé les conditions des étudiants qui ont perdu leur emploi et sont en difficulté financière, et également isolés en raison des restrictions.

"Ce sont les associations, dont l'EMF, qui se mobilisent pour assister les étudiants en difficulté pendant la pandémie", s'est-il réjoui.

Soulignant que l'EMF œuvre pour accroître la réussite et le développement des étudiants depuis sa création il y a 30 ans, et a fait de son mieux pour éliminer les inégalités économiques et sociales et lutter contre la discrimination, Kayo a affirmé: "Nous essayons de lutter contre les discriminations qui touchent les musulmans, mais pas que. Mais par rapport aux musulmans, ça concerne tout ce qui touche au voile des femmes et des étudiantes musulmanes. Ça concerne aussi les discriminations liées au genre, à la couleur de peau. Donc, nous essayons tout simplement de créer un monde universitaire plus juste."

Songül Bas, étudiante turque en économie et bénévole, soutient ses amis dans la distribution de la nourriture pendant le Ramadan.

- "Les étudiants étrangers ont particulièrement rencontré des difficultés pendant la pandémie"

"C'est un sentiment de joie de pouvoir aider autant que possible les personnes en détresse dans un cadre amical", a affirmé Songül. Ils impriment leurs noms à l'avance, s'inscrivent, puis viennent chercher leurs colis", a-t-elle expliqué.

Faisant remarquer que pendant la pandémie, les étudiants des pays étrangers rencontrent particulièrement des difficultés, l'étudiante a noté qu'ils essaient de soutenir financièrement les amis éloignés de leurs familles.

Songul a par ailleurs envoyé des salutations à sa Turquie natale qui lui manque, et dans laquelle elle ne parvient pas à se rendre à cause de la pandémie.

Imene, l'une des volontaires de l'EMF, étudiante en médecine, assiste l'association dans la distribution de l'aide, particulièrement pendant le Ramadan.

"Souvent, ce sont les étudiants étrangers qui sont seuls, loin de leurs familles, surtout en cette période de pandémie. C'est important de venir partager un peu de ce que nous avons à la maison"

Imene, étudiante stagiaire en médecine, a été moins affectée par l'épidémie parce qu'elle travaille dans le département de pédiatrie. Malgré cela, de nombreux rendez-vous ont été annulés en raison de l'occupation dans les hôpitaux.

"C'est vrai qu'avec la Covid-19, c'est devenu compliqué. Des gens attendent des mois et des mois pour se faire opérer parce que les lits sont occupés à cause des cas de Covid", a-t-elle précisé.

- Les aides renforcent la solidarité entre les étudiants musulmans

Sihem, étudiante en Master 2 et bénéficiaire de l'aide alimentaire, a raconté son expérience avec l'EMF qu'elle a connu l'année dernière

"L'EMF fait un travail remarquable, et je les remercie d'ailleurs pour ça. Pendant le Ramadan surtout, ils sont très actifs surtout pour les étudiants en confinement. Ils sont là pour aider les étudiants. J'ai bénéficié d'un kit alimentaire à la résidence universitaire".

Affirmant que des institutions telles l'EMF ont accru la solidarité entre étudiants musulmans, Sihem a ajouté : "la solidarité impulsée par l'EMF est incroyable, et ça nous touche, étudiants musulmans qui restons une minorité en France. Nous sommes un peu oubliés pendant le Ramadan. Nous nous sentons un peu tristes et délaissés parce que nous sommes loin de nos familles. Cuisiner n'est pas facile, surtout pour moi qui habite dans une résidence universitaire où il n'est pas facile de faire la cuisine seule dans un cadre commun."

- "Les aides nous permettent de respirer"

Un étudiant en comptabilité et gestion, qui n'a pas voulu dévoiler son identité, a également déclaré que pendant cette période, alors qu'il rencontrait des difficultés économiques, l'aide a permis de respirer un coup.

Déclarant qu'ils ne pouvaient pas trouver d'emploi à cause de la pandémie, qu'ils avaient des difficultés à payer les études et des loyers élevés, l'étudiant a ajouté: «Nous cherchons une solution dans les associations caritatives car nous n'avons pas le budget nécessaire pour faire les courses. Je ne peux pas obtenir l’aide de l’État pour le moment, j’essaie juste de survivre avec l’aide de l’association."

* Traduit du turc par Sinhan Bogmis Alex

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın