Monde, Journal de l'Islamophobie

France : une avocate voilée, victime d'un traitement islamophobe

Ekip   | 06.01.2022
France : une avocate voilée, victime d'un traitement islamophobe

France

AA / Paris / Fatih KARAKAYA

Une jeune avocate a été victime de traitement islamophobe, jeudi, lors de la prestation de serment des élèves avocats à l'Ecole de Formation des Barreaux (EFB) à Paris, a révélé le média Acta Zone.

Selon le média, ce matin se tenait la prestation de serment des élèves avocats du ressort de la Cour d'appel de Paris. « Le personnel de l’EFB a tenté de forcer une élève avocate à enlever son voile pendant la cérémonie », précise le média.

D’après des témoins, plus de 1600 personnes attendaient le début de la cérémonie et c’est à « ce moment que S. a été interpellée par plusieurs membres de l'EFB qui lui ont intimé d'enlever son voile en invoquant le caractère solennel de la cérémonie », rajoute Acta Zone.

Toujours d’après des témoignages publiés sur Twitter « quelques étudiants ont défendu leur camarade », c’est alors que des responsables « lui ont imposé de se mettre au fond de la salle pour ne pas être visible ».

1/7 Ce matin, je prêtais mon « petit serment » d’élève avocate organisé par l’École du Barreau de Paris. Derrière moi, une jeune femme élève-avocate qui portait un foulard se fait interpeller par des membres de l’école qui la forcent à retirer son voile. ⬇️ pic.twitter.com/T4F8HOwcrC

 

— Romane (@btl_romane) January 6, 2022

Présente lors de la cérémonie, une autre étudiante a tenu à apporter son soutien à la jeune femme : « Soutien à ma future consœur et à toutes celles qui, comme elle, ont fait les frais de ce système raciste. Il faut l'entourer de solidarité et montrer qu'elle n'est pas seule pour s'affronter à tout ça», a-t-elle notamment écrit sur son compte Twitter.

« Ce dévoilement est totalement à l’image de l’esprit de l’école, qui a choisi de nous attribuer comme parrain Richard Malka », note, par ailleurs, Romane qui explique que « cet avocat a notamment défendu Mila, est auteur du livre [Le droit d’emmerder Dieu], et conteste le [concept] d’islamophobie ».

D’après elle, Richard Milka a expliqué lors de la cérémonie que « le seul endroit où on a une liberté d’expression absolue, c'est dans les tribunaux ».

« J’ai honte d’être dans une promotion qui porte son nom », conclut la jeune avocate.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın