Économie, Archive, Afrique

La Côte d’Ivoire déterminée à faire du secteur de la pêche un moteur de croissance

La Côte d'Ivoire compte investir 56 millions de dollars dans les travaux de modernisation du port d'Abidjan, classé parmi les 3 premiers ports thoniers du monde. (PM ivoirien)

25.09.2014
La Côte d’Ivoire déterminée à faire du secteur de la pêche un moteur de croissance

AA/ Abidjan/ Clarisse Bolonga 

Le premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a affirmé jeudi à Abidjan, la volonté du gouvernement de faire du secteur de la pêche un moteur de croissance en Côte d’Ivoire.

"Pour rendre l'industrie de la pêche la plus efficiente possible, le gouvernement ivoirien prévoit d'investir un montant total de 28 milliards de Francs CFA (56 millions usd) dans les travaux de modernisation du port D'Abidjan", a ainsi annoncé le premier ministre qui s’exprimait à l’occasion de la première conférence-exposition africaine sur le thon.

 Le port d'Abidjan, classé parmi les trois premiers ports thoniers du monde, abrite quatre entreprises franches, qui génèrent un chiffre d'affaires d'environ 100 milliards de francs CFA par an (200 millions usd), a par ailleurs indiqué le chef du gouvernement.

" Le secteur de la pêche participe à la création d'emplois et de richesses ainsi qu'à la sécurité alimentaire dans le pays car l'ivoirien consomme entre 11 et 15 kilos de poissons par an et que le poisson représente environ 50% de sa consommation en protéine animale" a informé Duncan.

" En 2011 les importations ivoiriennes de poissons et des autres produits halieutiques étaient estimées à 278 246 tonnes, contre une production nationale de 55 864 tonnes, soit un taux de dépendance de 83,3%", a-t-il ajouté.

"L'exportation a, quant à elle, a été évaluée à 271, 900 tonnes principalement vers l'union Européenne ,(le principal partenaires d'Abidjan en matière de pêche), notamment en France, en Belgique, en Allemagne, en Espagne et en Grande Bretagne" a-t-il encore précisé.

Selon le ministre ivoirien des ressources animales et Halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani, qui s'est également exprimé lors de la conférence, « en matière de pêche thonière, l'Union Européenne aide la Côte d’Ivoire à renforcer la capacité du personnel et à moderniser les sites de capture. Par ailleurs, elle appuie le pays dans sa lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementaire », s'est-il réjouit par la même occasion.

 La conférence-exposition qui s’achève vendredi en présence de ministres africains de pêche, de représentants de l'Union Européenne, de Greenpeace, et de divers ONGS, porte sur les possibilités actuelles des pays africains en matière de pêche et d'exploitation du thon, cela, en vue de rendre le marché performant en intégrant les questions des nouvelles technologies, des opportunités de transformation-d'expansion pour les transformateurs africains, a appris Anadolu auprès de ses organisateurs. 

Elle vise également à identifier les zones les plus productives en Afrique et leur localisation, les difficultés rencontrées par les États côtiers dans la gestion de leurs pêcheries thonières, les principales flottes actives dans la région, les facteurs qui déterminent les prix du thon, la certification, l'octroi des permis et formuler des recommandations pour une pêche eco-responsable, toujours selon la même source.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın