Analyse, Afrique

Tunisie/Présidentielle : le Top 5 des candidats en lice pour Carthage (Analyse)

- Cinq candidats sont considérés comme étant "les plus proches" de la victoire, selon les données recueillies sur le terrain au cours des différentes campagnes électorales.

Ekip   | 13.09.2019
Tunisie/Présidentielle : le Top 5 des candidats en lice pour Carthage (Analyse) ( Yassine Gaidi - AA )

Ankara

AA/Tunis/Adel Thabti

Vingt-six candidats sont en lice pour l’élection présidentielle anticipée du 15 septembre en Tunisie. Cinq candidats sont considérés comme étant « les plus proches » de la victoire, selon les données recueillies sur le terrain au cours des différentes campagnes électorales.

Nabil Karoui, candidat du parti « Au cœur de la Tunisie » et incarcéré depuis le 23 août dernier pour corruption et blanchiment d’argent, Kais Saïed, candidat indépendant, Abdelfattah Mourou, candidat du parti Ennahdha, l’ancien ministre de la Défense soutenu par les partis « Nidaa Tounes » et par « Afek Tounes », Abdelkarim Zbidi, et le chef de Gouvernement, Youssef Chahed sont les 5 favoris.

***Karoui : Dieu, la Patrie et les pauvres

Les observateurs estiment que Nabil Karoui, homme d’affaires et personnalité médiatique, est à la tête des éventuels candidats qui remporteraient cette élection.

Karoui (56 ans) est connu comme étant le propriétaire du groupe « Karoui and Karoui » d’Information et de publicité. Il avait lancé sa chaîne de télévision « Nessma » en 2007. Il était membre du parti « Nidaa Tounes » pendant 3 ans avant de le quitter.

Nabil Karoui s’est orienté vers les actions caritatives à travers son association « Khalil Tounes » avant de se présenter à la Présidentielle, à la tête du parti « Au cœur de la Tunisie », fondé en juin dernier.

L’analyste politique, Chakib Derouiche, a considéré que l’adoption de l’idée de « lutte contre la pauvreté » par Nabil Karoui a joué en sa faveur.

Dans une déclaration à Anadolu, Derouiche a souligné que « Karoui a joué un rôle important lors des élections de 2014 et a été l’un des principaux catalyseurs de l’accès au pouvoir du défunt président Béji Caïd Essebsi ».

Et Derouiche d’ajouter que « Karoui veut être le roi et non pas le faiseur du roi ».

Il a expliqué, dans le même ordre d’idées, que la chaîne Nessma a contribué remarquablement dans la montée de Karoui, qui établissait des relations solides avec ceux qu’il aide à travers l’association « Khalil Tounes ».

Derouiche considère que Nabil Karoui a tiré profit de l’échec gouvernemental dans la lutte contre la pauvreté.

Selon l’analyste, les citoyens s’attendaient à un nouveau plan de développement, qui n’a pas été appliqué, ce qui les a poussé à retourner à la « mendicité ».

Il convient de noter que le slogan de la campagne électorale de Nabil Karoui est « Dieu, la Patrie et les pauvres ».

Dans une interview effectuée par Anadolu, en février dernier, le ministre tunisien des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, avait annoncé que le taux de pauvreté en Tunisie est estimé à 15% de la population, dont 3% sont concernés par la pauvreté extrême.

Karoui avait également profité du rejet exprimé contre le chef du gouvernement Youssef Chahed de par plusieurs personnalités influentes, comme Ridha Charfeddine, un homme d’affaires connu dans la ville de Sousse (région côtière), qui était dirigeant au sein du parti Nidaa Tounes. Ce dernier fait actuellement partie du Bureau politique du parti «Au cœur de la Tunisie ».

***Kais Saïed : un homme honnête et correct

Le deuxième candidat qui apparaît dans les intentions de vote des Tunisiens est Kais Saïed, indépendant. Ce candidat n’est soutenu par aucun parti ni force politique et a refusé le financement de sa campagne électorale par l’Etat.

L’analyste Chakib Derouiche a souligné que ce candidat a donné l’impression qu’il est très correct et intègre. Derouiche a ajouté que Saïed apparaît rarement dans les médias tunisiens, bien que ces médias demandent de l’interviewer.

Il a précisé que Saïed a insisté, dans les rares interviews faites par la chaîne de télévision officielle, sur la récupération des biens volés par les corrompus pour les verser au profit des régions défavorisées et a appelé à respecter l’éthique de la vie politique.

Chakib Derouiche estime que l’attitude de Kais Saïed et sa vision sont des facteurs d’attraction auprès des citoyens.

***Abdelfattah Mourou : Le candidat bénéficiant de la plus importante base électorale

Abdelfattah Mourou s’est présenté à l’élection présidentielle en étant soutenu par le plus important parti politique en Tunisie, en termes d’organisation et de discipline. Mourou est l’un des fondateurs du Mouvement Ennahdha vers la fin des années soixante, avec le président actuel du Mouvement, Rached Ghannouchi.

Il est actuellement président par intérim du parlement tunisien, après la prise de fonction à la présidence de la République de Mohamed Naceur, jusqu’à la tenue de l’élection présidentielle, et ce, à la suite du décès de l’ex président défunt, Béji Caïd Essebsi.

Abdelfattah Mourou avait remporté les élections législatives de 2014 à la tête de la liste d’Ennahdha et se présente à la présidentielle de septembre 2019, représentant le même parti.

La base électorale du Mouvement Ennahdha constitue, selon plusieurs observateurs, l’un des points forts du candidat Mourou, en dépit des campagnes médiatiques menées par ses adversaires.

Cependant, Chakib Derouiche considère que l’électorat actuel de Mourou est inférieur à celui d’Ennahdha, ce qui pourrait émaner de plusieurs éléments dont le retard de l’annonce de sa candidature.

Certaines analyses médiatiques estiment que les différends en interne d’Ennahdha auraient un impact sur les chances de Mourou, vu l’absence d’une mobilisation générale en sa faveur.

***Zbidi : Un candidat pour imposer la discipline

Abdelkarim Zbidi (69 ans) est l’ancien ministre de la Défense. Il était à la tête d’autres ministères avant et après la révolution.

Zbidi bénéficie du soutien de « Nidaa Tounes », dirigé par Hafedh Caïd Essebsi, de « Afek Tounes » et d’autres parties, qualifiées d’influentes par certains médias et représentant des lobbies politiques, financiers et régionaux.

Selon Chakib Derouiche, Zbidi est symbole de force et de discipline aux yeux de ses partisans.

Il ajoute que Zbidi était un homme crédible pour le défunt président Béji Caïd Essebsi et certaines parties le qualifient d’héritier légitime d’Essebsi.

L’analyste souligne que Zbidi bénéficie également du soutien de la région du Sahel (provinces de Sousse, de Monastir et de Mahdia/Est), qui veut garder les commandes du pouvoir. Le candidat est aussi soutenu par des hommes d’affaires originaires de cette région, tel que Kamel Letaief, selon Derouiche.

Ce dernier indique que le premier président tunisien après l’indépendance, Habib Bourguiba (1956-1987) était également originaire de la région du Sahel, tout comme l’ancien président déchu Zine Elabidine Ben Ali (1987-2011). Les Premiers ministres de Ben Ali appartenaient à la même région.

Derouiche considère, dans le même ordre d’idées, que plusieurs responsables de la campagne électorale de Zbidi sont les opposants au chef du gouvernement Youssef Chahed, dont le ministre de l’Energie démis de ses fonctions, Khaled Kaddour.

Un échange d’accusations sur l’exploitation des ressources de l’Etat a eu lieu entre les campagnes des candidats Abdelkarim Zbidi et Youssef Chahed.

***Chahed, le candidat du Gouvernement

Avant d’intégrer le parti « Nidaa Tounes » (libéral) et d’être chargé par Essebsi de résoudre les conflits à l’intérieur du parti, en 2015, Youssef Chahed n’était pas connu, ne faisait pas partie de la scène politique tunisienne.

En août 2016, le président Essebsi avait désigné Chahed, l’un des dirigeants du parti vainqueur en 2014, au poste de chef du gouvernement.

Néanmoins, un conflit interne s’est déclenché en 2018 entre Chahed et le fils du président Essebsi, Hafedh Caïd Essebsi, qui est Directeur exécutif du parti. Youssef Chahed a quitté le parti et fondé « Tahya Tounes », le printemps dernier.

Certaines analyses jugent que Chahed ne pouvait pas poursuivre à la tête du gouvernement sans l’appui du Mouvement Ennahdha, surtout après l’appel d’Essebsi à son limogeage, l’année dernière.

Derouiche souligne, dans ce contexte, que la partie gouvernementale soutient Chahed, qui a puisé dans la base électorale de « Nidaa Tounes ». Il indique également que Chahed est soutenu par lusieurs hommes d’affaires fortunés.

En dépit du caractère fort et des moyens conséquents constatés dans la campagne de Chahed, celle-ci a transmis des messages négatifs.

Derouiche a ajouté que le soutien apporté à Chahed par des hommes d’affaires détestés dans certaines régions affecte sa campagne, comme il lui est arrivé dans la ville de Sfax, deuxième plus grande ville du pays.

Des protestataires ont crié « Dégage » contre Chahed, lors de sa visite à Sfax samedi dernier, et ont considéré que sa politique a détruit l’Education, la Santé et l’Economie.

Pour Chakib Derouiche, Chahed a exagéré dans sa démonstration de force pendant la campagne électorale, ce qui a provoqué des craintes chez les citoyens.

Youssef Chahed (44 ans) a tenu plusieurs réunions, dans le cadre de sa campagne électorale, dans une tentative de pénétrer dans les régions soutenant ses concurrents, telles que les villes du sud-est (Médenine, Tataouine, Gabes) et les provinces de l’Ouest comme Kasserine.

Le fait que ces 5 candidats soient en tête des intentions de votes n’empêche pas que d’autres puissent surprendre, dimanche.

Cinq autres candidats ont, en effet, des chances de prendre un élan et de réaliser des résultats surprenants au premier tour de la présidentielle. Il s’agit de l’ancien président, Moncef Marzouki, du candidat indépendant, Safi Saïd, de l’ancien Premier ministre, Mehdi Jomaa, de la présidente du parti Destourien libre, Abir Moussi , et du Secrétaire général du Courant démocrate, Mohamed Abbou.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın