Politique, Afrique

Tunisie : Paris souhaite la nomination rapide d'un Premier ministre et la formation d'un gouvernement

- Selon un communiqué du Quai d’Orsay

Majdi Ismail   | 28.07.2021
Tunisie : Paris souhaite la nomination rapide d'un Premier ministre et la formation d'un gouvernement

Tunisia

AA/Tunis/Majdi Ismail

La France a appelé par la voie de son ministre de l'Europe et des Affaires étrangères à « la nomination rapide d'un Premier ministre et la formation d'un gouvernement » en Tunisie.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a fait savoir ce mercredi, dans un communiqué publié sur le site internet du Quai d’Orsay, qu’il s’était entretenu avec son homologue tunisien Othman Jerandi.

« Le Drian a souligné l’importance de la nomination rapide d’un Premier ministre et de la formation d’un gouvernement qui soit à même de répondre aux attentes des Tunisiens, dans le contexte de crise que traverse le pays », lit-on dans ledit communiqué.

Le responsable français a indiqué à cet effet que « la situation en Tunisie est suivie avec la plus grande attention par les autorités françaises », insistant « sur la nécessité de préserver le calme et l’État de droit, et de permettre un retour rapide au fonctionnement normal des institutions démocratiques tunisiennes ».

Au lendemain des mesures d’exception prises par le Président tunisien Kaïs Saïed, la France avait fait part de sa position sur la crise politique en Tunisie soulignant qu’elle « souhaite le respect de l’État de droit et le retour, dans les meilleurs délais, à un fonctionnement normal des institutions ».

Le ministère français des Affaires étrangères avait expliqué, par voie de communiqué, que les institutions tunisiennes « doivent pouvoir se concentrer sur la réponse à la crise sanitaire, économique et sociale ». Il a souligné, par ailleurs, que « dans le plein respect de la souveraineté de la Tunisie, la France appelle également l’ensemble des forces politiques du pays à éviter toute forme de violence, et à préserver les acquis démocratiques du pays ».

Kaïs Saïed, avait annoncé, dans la soirée du dimanche, au cours d’une réunion d’urgence avec de hauts responsables militaires et sécuritaires, le limogeage du Chef du gouvernement Hichem Méchichi et le gel des pouvoirs du Parlement. Il a également fait savoir qu'il assumera le pouvoir exécutif, avec l’aide d'un gouvernement qui sera dirigé par un nouveau chef désigné par lui, et ce, pour une durée de 30 jours. Le locataire de Carthage a en outre annoncé qu’il présidera le ministère public.

Saïed a déclaré avoir pris ces décisions pour « sauver la Tunisie, l'Etat et le peuple tunisien ». Certains partis politiques ont considéré les mesures d’exception comme un « coup d’Etat contre la Constitution », tandis que d'autres y sont favorables, estimant qu'il s'agissait d'une « rectification du processus révolutionnaire ».




Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.