Afrique

Tunisie: le Parti des Travailleurs entame des concertations pour former un front d'opposition contre Saïed

-Le secrétaire général du Parti, Hamma Hammami, a déclaré que le renforcement des pouvoirs du président Kaïs Saïed par des mesures d’exception promulguées mercredi, formalise le « coup d'État » du 25 juillet.

Adel Bin Ibrahim Bin Elhady Elthabti   | 24.09.2021
Tunisie: le Parti des Travailleurs entame des concertations pour former un front d'opposition contre Saïed

Tunisia

AA/Tunis

Le secrétaire général du Parti des Travailleurs, Hamma Hammami, a annoncé que sa formation politique a entamé des concertations et des contacts avec des partis et des forces nationales, pour former un front d'opposition contre le Président Kaïs Saïed.

C'est ce qui ressort d'une conférence de presse organisée par le parti de gauche dans la capitale, Tunis, vendredi, sous le slogan : « À bas le coup d'État, non à un nouveau dictateur ».

« Le Parti des Travailleurs a entamé des concertations et des contacts avec des partis et des forces nationales pour former un large front opposé aux mesures d’exception de Saïed et qui adhère aux principes de la révolution et rejette toute forme d’autocratie et d’accaparement du pouvoir, à même d’instaurer un pouvoir autoritaire et absolu ».

Concernant les formations politiques avec lesquelles le Parti des Travailleurs a entamé des contacts, Hammami a indiqué qu’il s’agissait pour le moment « du Courant démocrate (social-démocrate - 22 députés), du parti Al-Qotb (gauche), du parti Républicain (centriste), ainsi que des forces nationales et civiles (sans les préciser).

Hammami a estimé que le renforcement des pouvoirs du président Kaïs Saïed par des mesures d’exception promulguées mercredi, formalise le « coup d'État » du 25 juillet et constitue une dérive vers l’autocratie.

Et le leader de gauche d’ajouter, « Ce qui s'est passé le 25 juillet était un coup d'État et pas seulement l’activation de l'article 80 de la Constitution tunisienne (...) Saïed a vidé l’article de son contenu pour s’arroger les pleins pouvoirs ».

Le Président tunisien avait décidé, mercredi soir, de supprimer l'instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi, de légiférer par décrets présidentiels et d'exercer le pouvoir exécutif avec l'aide d'un gouvernement, selon un communiqué de la Présidence de la République et le décret présidentiel n° 2021-117 du 22 septembre 2021 publié dans le Journal Officiel de la République Tunisienne (JORT).

Hammami a déclaré que le Président Saïed « s’inscrit dans la lignée d’Adolf Hitler (dirigeant allemand fondateur du nazisme) et de Benito Mussolini (dirigeant italien fondateur du fascisme) ».

Le secrétaire général du Parti des Travailleurs a souligné que « la situation d’exception risque de durer en attendant que Saïed prépare une disposition transitoire et une loi électorale, au regard du silence politique et de l'absence de toute discussion ou dialogue à même de faire sortir le pays de sa crise actuelle ».

Hammami a imputé au mouvement Ennahdha (qui dispose du plus grand bloc parlementaire) et à ses alliés au pouvoir tout au long de la dernière décennie, la responsabilité de la situation actuelle qui prévaut dans le pays ».

Il a appelé toutes « les forces politiques, sociales et civiles progressistes et démocratiques à œuvrer ensemble pour faire face à cette démarche présidentielle et mettre fin à la manipulation dangereuse du sort du peuple et du pays ».

Il a averti que « ce qui se passe aujourd'hui dans le pays serait le prélude à l’instauration d’un régime militaire au pouvoir ».

La Tunisie est en proie à une grave crise politique depuis que le chef de l’Etat avait décidé le 25 juillet de révoquer le Chef du gouvernement Hichem Mechichi, geler les pouvoirs du Parlement pour une durée de 30 jours, et de lever l’immunité des députés dans le cadre de mesures d’exception. Kaïs Saïed avait annoncé également qu’il s’arrogeait le pouvoir exécutif avec l’aide d’un gouvernement dont il désignera le chef et a procédé dans les jours suivants à une série de limogeages de ministres et de hauts responsables dans l’appareil de l’Etat.


*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail



Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.