Monde, Afrique

Tunisie: L'émir du Qatar appelle à la "nécessité de surmonter la crise politique"

- Lors d'un entretien téléphonique avec le Président de la République tunisienne, Kaïs Saïed.

1 23   | 29.07.2021
Tunisie: L'émir du Qatar appelle à la "nécessité de surmonter la crise politique"

Ad Dawhah

AA/ Doha

L'émir du Qatar, Cheikh Tamim Bin Hamad Al Thani, a appelé, mercredi à "la nécessité de surmonter la crise politique actuelle en Tunisie".

C'est ce qui est ressorti de son entretien téléphonique avec le Président tunisien Kaïs Saïed, 3 jours après l'annonce par le locataire de Carthage des mesures d'exception suspendant les activités du Parlement et accordant au Président de la République le pouvoir exécutif.

C'est ce qui est ressorti du communiqué publié par le Cabinet royal du Qatar, rapportant qu'"au cours de cet appel, les derniers développements de la situation en Tunisie ont été évoqués".

"L'émir du Qatar a appelé à la nécessité de surmonter la crise politique, à faire prévaloir la voie du dialogue et à instaurer l'Etat de droit", selon ledit communiqué.

De son côté, le Président Kaïs Saïed a exprimé ses remerciements à l'émir Al Thani pour le soutien permanent du Qatar à la Tunisie et son respect de la volonté du peuple tunisien, selon la même source.

Les relations bilatérales étroites entre les deux pays et les moyens de les renforcer ont été évoqués lors de cette conversation téléphonique.

Le Président tunisien, Kaïs Saïed, avait annoncé, durant la soirée du dimanche, au cours d’une réunion d’urgence avec de hauts responsables militaires et sécuritaires le limogeage du Chef du gouvernement Hichem Mechichi et le gel des pouvoirs du Parlement. Il a également fait savoir qu'il assumera le pouvoir exécutif, avec l’aide d'un gouvernement qui sera dirigé par un nouveau chef désigné par lui, et ce, pour une durée de 30 jours.

Le locataire de Carthage a en outre annoncé qu’il préside le parquet.

Les décisions du Chef de l'Etat tunisien surviennent à la suite des manifestations populaires qui ont eu lieu dans plusieurs gouvernorats exigeant la démission du gouvernement, dans un contexte de difficultés économiques et d'une crise politique qui dure depuis des mois dans le pays.

Saïed a déclaré avoir pris ces décisions pour « sauver la Tunisie, l'Etat et le peuple tunisien ». Certains partis politiques ont considéré les mesures d’exception comme un « coup d’Etat contre la Constitution », tandis que d'autres y sont favorables, estimant qu'il s'agissait d'une « rectification du processus révolutionnaire ».

*Traduit de l'arabe par Hend Abdessamad

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.