Afrique

RDC : une vingtaine de morts dans l’attaque d’un camp de déplacés en Ituri

Cette attaque a entraîné un déplacement massif de la population. La plupart a trouvé refuge au site des déplacés de Roe, protégé par les Casques bleus de la mission onusienne en RDC, MONUSCO.

Lassaad Ben Ahmed   | 28.11.2021
RDC : une vingtaine de morts dans l’attaque d’un camp de déplacés en Ituri

Congo, The Democratic Republic of the

AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

Au moins 22 personnes, dont des déplacés, ont été tuées, dimanche en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris de la société civile et des autorités.

L’attaque de la localité de Ndala-Ivu dans le territoire de Djugu où se sont réfugiés des centaines de déplacés depuis deux semaines à cause d’une offensive ayant vidé leur camp, a fait 22 morts, a déclaré à l'Agence Anadolu, Charité Banza, président de la société civile dans la région.

L’attaque s’est déroulée à cinq heures du matin. Les miliciens de la Coopérative pour le développement du Congo (Codeco) ont ouvert le feu en désordre contre des déplacés”, a-t-il expliqué. Selon la même source, “cette folie allait raser toute une population déplacée sans l’intervention de l’armée qui les a fait fuir”.

Leur plan depuis le week-end dernier “est de commettre des exactions de masse pour démoraliser les populations”, a déclaré l’un des commandants de l’armée en Ituri, placé sous état de siège depuis le mois de mai 2021, au même titre que la province voisine, le Nord - Kivu.

Le même responsable a déclaré que seule une dizaine de corps des victimes a “jusqu’ici été découverte”.

Cette attaque a entraîné un déplacement massif de la population. La plupart a trouvé refuge au site des déplacés de Roe, protégé par les Casques bleus de la mission onusienne en RDC, MONUSCO.

L’accès humanitaire s’est réduit de manière considérable ces dernières semaines dans le territoire de Djugu, entraînant la suspension des mouvements de 17 organisations humanitaires, d’après les Nations Unies.

Cette situation affecte l’accès de près de 320 000 personnes à une aide vitale et urgente à Drodro, Fataki, Nizi, Lita, Bambu et Mangala, explique une note des Nations Unies.

« La population de la province de l’Ituri est victime de l’augmentation des violences », a déclaré, pour sa part, le chef humanitaire des Nations Unies en RDC, David McLachlan-Karr.

L’Ituri est l'une des provinces les plus affectées par les déplacements de population en République démocratique du Congo.

D’après les Nations Unies, plus de 1,7 million d’hommes, femmes et enfants sont déplacés à l’intérieur de la province, dont plus d’un tiers dans le territoire de Djugu ; les enfants représentent 52% des personnes déplacées.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın