Afrique

RDC : Tshisekedi annonce le lancement de consultations en vue d’une « union sacrée »

-Dns un discours adressé vendredi soir à la nation.

Nadia Chahed   | 24.10.2020
RDC : Tshisekedi annonce le lancement de consultations en vue d’une « union sacrée »

Kinshasa

AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

Le président congolais Félix Tshisekedi a annoncé, vendredi soir, le démarrage, dès la semaine prochaine de consultations politiques en République démocratique du Congo (RDC), en vue d’une « union sacrée » gouvernementale, tout en promettant des décisions qui « n’excluront aucun cas de figure » notamment la fin de sa coalition avec son prédécesseur, Joseph Kabila.

« J'ai décidé d'entamer, dès la semaine prochaine, une série de contacts visant à consulter les leaders politiques et sociaux les plus représentatifs afin de recueillir leurs opinions à l'effet de créer une union sacrée de la nation », a annoncé le Président dans son discours diffusé à la télévision publique.

Au pouvoir depuis janvier 2019 après des élections générales controversées, Félix Tshisekedi a précisé que ses consultations visent la « refondation de l'action gouvernementale autour des principes de participation pour la gestion du pays ».

A l'issue de celles-ci, a-t-il dit : « je reviendrai vers vous dans une nouvelle adresse pour vous faire part de mes décisions qui n'exclura aucun cas de figure ».

Le président a dressé un tableau sombre de sa coalition avec le camp de Joseph Kabila, le front commun pour le Congo (FCC).

« Des actions plombent les espoirs dans plusieurs domaines », a-t-il affirmé citant notamment « la paix, la CÉNI ( commission électorale nationale indépendante), l'Organisation des élections, le portefeuille, la Justice, la diplomatie et l'Instauration d’un État de droit ».

Il a encore affirmé que la mise en place d’un « Etat de droit » qu’il prône depuis son arrivée au pouvoir « énerve certains nostalgiques ». Tshisekedi a estimé que « cela nécessite un large consensus national », car selon lui, « le peuple n’accordera aucun pardon à ceux qui créeront ou entretiendront des pratiques pour leur survie, tribalisme ou prédation ».

Dans un communiqué, le front commun pour le Congo (FCC) a annoncé s´abstenir « de tout commentaire sur le message fait à la Nation par le Chef de l´Etat ce jour » et a promis de « faire connaitre sa position officielle incessamment ».

Les tensions entre le deux camps ont éclaté après l’investiture mercredi dernier de trois juges constitutionnels par Félix Tshisekedi alors que le camp Kabila contestait les ordonnances les nommant. Le FCC soutient que ces ordonnances signées depuis juillet dernier sont irrégulières et nulle de plein droit.

Dans son communiqué, il a annoncé ne pas reconnaître les trois juges et « ne se sentira lié par aucun acte qu'ils poseront ». Cette plateforme majoritaire dans les deux chambres du parlement s’est dite prête jeudi soir à rompre sa coalition le camp de Tshisekedi.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın