Afrique

RDC : la logistique du M23 inquiète l’ONU

Ekip   | 29.06.2022
RDC : la logistique du M23 inquiète l’ONU

Kinshasa

AA - Kinshasa - Pascal Mulegwa

La mission onusienne en RDC (MONUSCO) a alerté, mercredi, sur la logistique militaire dont disposent les rebelles du M23 aux prises avec les casques bleus et les soldats dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Les rebelles du M23 disposent « d’une puissance de feu et d’équipements de plus en plus sophistiqués, notamment en termes de capacités de tir à longue portée de mortier et mitrailleuse, ainsi que de tir de précision sur des aéronefs », a déclaré la cheffe de la MONSUCO, Bintou Keita s’adressant devant le conseil de sécurité des Nations Unies.

L’organe suprême des Nations Unies s’est réuni pour examiner le rapport sur la République démocratique du Congo qui selon Mme Keita, « s'est malheureusement beaucoup détériorée ».

Elle a rapporté qu’au cours des affrontements les plus récents, « le M23 s’est comporté de plus en plus comme une armée conventionnelle que comme un groupe armé ».

Les offensives du M23 ont eu un impact majeur sur la population civile, entraînant la mort d'au moins 23 civils, dont six enfants, selon un récent rapport de la MONUSCO.

Plus de 170,000 personnes ont été déplacées, a récemment annoncé le haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Alors que certains ont trouvé refuge grâce à l’hospitalité des familles d’accueil, les abris communautaires construits par des partenaires humanitaires sont devenus surpeuplés, tout comme les écoles, les stades, et les autres espaces collectifs dans lesquels étaient abritées d’autres personnes déplacées », s’est alarmé la diplomatie onusienne, d’origine guinéenne.

La MONUSCO accusée de passivité par ses détracteurs des mouvements citoyens congolais assure avoir apporté sur le terrain une réponse « robuste et proactive » qui a « empêché le M23 de menacer Goma et d’autres localités situées le long de la Route Nationale numéro 2 », selon Keita.

Elle a regretté que « suite à des attaques coordonnées sur une direction Est - Ouest », le M23 a occupé la ville de Bunagana, « un important poste frontière avec l’Ouganda ».

L’intensification des attaques du M23 et les tensions régionales qui en ont découlé « ont malheureusement remis en cause la dynamique positive enregistrée au cours des dernières années entre la RDC et le Rwanda », a-t-elle encore regretté.

La RDC accuse le Rwanda de soutenir les rebelles du M23 alors que le Rwanda accuse de son côté l’armée congolaise de collusion avec les rebelles rwandais des forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) accusés de génocide en 1994 dans leur pays et repliés dans l’Est congolais.

Bintou Keita estime qu’il est « impératif que le Conseil de sécurité redouble ses efforts en faveur d’une désescalade rapide de la situation, et du désarmement sans condition du M23 ».

Le gouvernement congolais a gelé tous les accords consuls avec le Rwanda et interdit les vols de la compagnie rwandaise à destination de la RDC.

Les chefs d’Etat de la communauté des Etats de l’Afrique de l’Est ont décidé de déployer dans les prochaines semaines une force régionale qui sera sous commandement kenyan. Les troupes rwandaises et ougandaises ont été exclus de ce dispositif.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın