Afrique

RDC / Elections : L'opposant Martin Fayulu cède sur l'usage des machines à voter

Lassaad Ben Ahmed   | 17.12.2018
RDC / Elections  : L'opposant Martin Fayulu cède sur l'usage des machines à voter

Congo, The Democratic Republic of the
AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

La plateforme électorale "Lamuka" qui porte la candidature de l'opposant Martin Fayulu à l'élection présidentielle du 23 décembre a validé l'usage des controversées machines de vote, insistant qu'elles ne doivent servir que d'imprimante des bulletins de vote.

"Ces machines peuvent servir pour d'autres tâches telle l'impression des bulletins de vote" a déclaré lors d'un point de presse à Kinshasa, Pierre Lumbi, directeur de la campagne de Martin Fayulu.

Il a appelé les congolais "à aller voter massivement dans la paix et la sérénité en évitant tout acte de provocation d’où qu’il vienne".

Il a en outre, insisté sur le fait que "seuls les résultats issus du comptage manuel des bulletins déposés dans les urnes, en outre validés par les témoins des partis politiques et les observateurs indépendants des réseaux catholiques, protestants et de la société civile devront être pris en compte".

Ces déclarations mettent fin à la contestation contre ces machines de fabrication sud - coréennes.

Pour rappel, la machine à voter se présente sous forme d'un écran tactile disposant d'une imprimante des bulletins de vote après choix des candidats par l'électeur.

Pour chacune des trois élections prévues le 23 décembre (présidentielle, législatives et provinciales), la photo des candidats apparaît sur l‘écran.

L‘électeur choisit son candidat président, député national et député provincial.

À la fin de l’opération, la machine imprime les trois noms choisis au dos du bulletin de vote que l‘électeur va plier et glisser dans l’urne.

À la clôture des votes, la machine affiche les résultats (nombre d’inscrits, de votants, taux de participation, nombre de voix par candidats).

Mais après pression de l'opposition et de la société civile, la commission électorale avait affirmé que seuls les bulletins déposés dans les urnes seront comptés et considérés.

Pour couvrir les 21 000 centres de vote étendus sur les 26 provinces du pays, la commission électorale nationale indépendante (Ceni), affirme disposer de 105 149 machines à voter.

Environ 8 000 machines censées couvrir la ville de Kinshasa, ont été détruites la semaine dernière lors d'un incendie déclaré dans l'entrepôt principal de la Commission électorale.

Malgré ces pertes, la commission et le gouvernement ont assuré qu'elles n'auront pas d'incidence sur la date des élections ni sur la logistique.

Les résultats provisoires pour la présidentielle seront dévoilés le 30 décembre, une semaine après les scrutins.

Les résultats définitifs seront publiés le 9 janvier. Le successeur de Joseph Kabila est censé prêter serment dix jours après.

Lancée depuis le 22 novembre dernier, la campagne électorale prendra fin le 21 Novembre "à minuit", a rappelé la commission électorale dimanche dans un communiqué.
Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın