Afrique

Ottawa condamne la prise de contrôle inconstitutionnelle du pouvoir au Soudan

- Le Canada a affirmé, dans un communiqué de son MAE, son « soutien » au peuple soudanais dans son « désir d’un avenir démocratique ».

Ekip   | 26.10.2021
Ottawa condamne la prise de contrôle inconstitutionnelle du pouvoir au Soudan

Canada

AA / Montréal / Hatem Kattou

Le Canada a condamné, lundi, la « prise de contrôle inconstitutionnelle du gouvernement par les militaires au Soudan ».

C’est ce qui ressort d’un communiqué mis en ligne par le ministère canadien des Affaires étrangères sur son site électronique.

« Le Canada condamne fermement la prise de contrôle inconstitutionnelle du gouvernement par les militaires au Soudan », lit-on dans le court communiqué.

Le Canada a qualifié cette action « d’inacceptable » et de « contraire à la volonté du peuple soudanais ».

La diplomatie canadienne a affirmé dans son communiqué qu’Ottawa « soutient le peuple soudanais dans son désir d’un avenir démocratique ».

« Nous demandons aux militaires de se retirer, de respecter les dispositions de la transition démocratique et de rétablir le processus de transition », conclut le communiqué du ministère canadien.

Par ailleurs et dans un deuxième communiqué posté sur la page officielle du ministère sur le Réseau social « Facebook », le Canada a appelé ses ressortissants résidents au Soudan à limiter leurs déplacements et à surveiller les médias locaux.

Dans ce post, le ministère souligne que « des membres du gouvernement (soudanais) de transition dirigé par des civils ont été arrêtés », ajoutant que « l’accès aux télécommunications a été restreint et que l’aéroport de (la capitale) Khartoum est fermé ».

Le général Abdelfattah al-Burhan, chef du Conseil militaire au pouvoir au Soudan, a déclaré, lundi, l'état d'urgence et dissous le Conseil de souveraineté, qui avait été créé pour diriger le pays après l'éviction de l'ancien président Omar el-Béchir en 2019.

Au moins trois manifestants ont été tués et 80 autres blessés par des tirs de soldats stationnés devant le quartier général de l'armée soudanaise dans la capitale Khartoum, selon un comité de médecins.

Les manifestations faisaient suite à l'arrestation par l'armée du Premier ministre Hamdok et de membres du gouvernement civil à Khartoum, plus tôt dans la journée.

Selon le Comité central des médecins soudanais, les forces de sécurité ont tiré sur les manifestants à balles réelles.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın