Afrique

Najla al-Mangoush: « le gouvernement est attaché à la souveraineté et à l'indépendance de la Libye »

-Selon une déclaration de la ministre libyenne des Affaires étrangères lors d'une conférence de presse avec son homologue koweïtien, à Tripoli, à l'issue de la Conférence internationale de soutien à la stabilité de la Libye.

1 23   | 21.10.2021
Najla al-Mangoush: « le gouvernement est attaché à la souveraineté et à l'indépendance de la Libye »

Libyan

AA/Tripoli

La ministre libyenne des Affaires étrangères, Najla al-Mangoush, a déclaré jeudi, que le gouvernement de son pays était attaché à la souveraineté et à l'indépendance de la Libye, et refuse catégoriquement toute ingérence étrangère dans ses affaires intérieures.

C’est ce qui ressort de la conférence de presse conjointe tenue par la cheffe de la diplomatie libyenne avec son homologue koweïtien, Ahmed Nasser Al-Mohammed Al-Sabah, dans la capitale, Tripoli, au terme de la Conférence internationale de soutien à la stabilité de la Libye.

« Le gouvernement est attaché à la souveraineté, à l'indépendance, à l'intégrité territoriale et à l'unité nationale de la Libye, et refuse catégoriquement toute ingérence étrangère dans ses affaires intérieures », a insisté la responsable libyenne.

Et Al-Mangoush d’ajouter que le gouvernement libyen « condamne toutes les tentatives de violer l'embargo sur les armes et de fomenter le chaos ».

«Nous nous engageons à mettre en œuvre toutes les résolutions internationales, y compris les recommandations des conférences de «Berlin I» et «II» et la feuille de route issue du Forum de dialogue politique libyen », a déclaré la ministre libyenne.

De son côté, le ministre koweïtien des Affaires étrangères a indiqué que la participation de son pays à la Conférence de soutien à la stabilité de la Libye, intervient en raison de la dynamique positive sur les plans de la sécurité et de la stabilité, qui prévaut actuellement dans ce pays, saluant les efforts du Comité militaire mixte (5 + 5) à cet effet ».

Plus tôt jeudi, les travaux de la Conférence internationale de soutien à la stabilité de la Libye ont démarré dans la capitale, Tripoli, avec la participation des représentants de 27 pays et de 4 organisations régionales et internationales.

Le Premier ministre libyen, Abdulhamid Dbeibeh, a déclaré, lors de son discours prononcé à l'ouverture de la Conférence internationale : « Tripoli s'est rétablie. Votre présence honorable est un message fort dont la teneur est que la Libye est désormais sur le chemin de la stabilité et de la construction ».

La Libye, pays riche en pétrole, a enduré pendant des années un conflit armé. Avec le soutien de pays arabes et occidentaux, la milice du général à la retraite, Khalifa Haftar, composée de combattants étrangers, - dont les mercenaires du groupe russe Wagner -, disputait à l’ancien gouvernement libyen, internationalement reconnu, la légitimité et l’autorité sur le pays.

Une sortie de crise se profile en Libye depuis que le gouvernement d’unité nationale et le nouveau Conseil Présidentiel ont pris leurs fonctions le 16 mars 2021, pour conduire le pays aux élections législatives et présidentielle prévues le 24 décembre prochain.

Bien que la milice de Haftar a salué l'élection de l'autorité intérimaire, le général à la retraite continue d'opérer indépendamment du gouvernement légitime et dirige une milice armée, en s’autoproclamant «commandant en chef de l'armée libyenne», faisant peu de cas du commandant suprême de l’armée et président du Conseil présidentiel libyen, Mohamed Al-Manfi.


*Traduit de l'arabe par Hend Abdessamad

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.