Afrique

Mouvement Ennahdha: « la décision de Saïed de s’arroger le pouvoir exécutif est une dérive vers l’autoritarisme »

-Le mouvement d’obédience islamique a qualifié les récentes décisions du Président tunisien, de « coup d'Etat contre la légitimité démocratique et les principes de la révolution tunisienne ».

Yosra Ouanes   | 23.09.2021
Mouvement Ennahdha: « la décision de Saïed de s’arroger le pouvoir exécutif est une dérive vers l’autoritarisme »

Tunisia

AA/Tunis

Le mouvement tunisien Ennahdha a qualifié, jeudi, la décision du Président Kaïs Saïed de s’arroger le pouvoir exécutif, «de dérive vers l’autoritarisme».​​​​​​​

Le Président tunisien avait décidé, mercredi soir, de supprimer l'instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi, de légiférer par décrets présidentiels et d'exercer le pouvoir exécutif avec l'aide d'un gouvernement, selon un communiqué de la Présidence de la République et le décret présidentiel n° 2021-117 du 22 septembre 2021 publié dans le Journal Officiel de la République Tunisienne (JORT).

Avec ces nouvelles mesures, Kaïs Saïed renforce ainsi ses prérogatives au détriment du Parlement et du gouvernement.

Par voie de communiqué, le mouvement a souligné que « la décision présidentielle abroge de facto la Constitution de la République et impose une organisation temporaire des pouvoirs, ce qui démontre une volonté manifeste d’instaurer un régime autoritaire ».

« Il s’agit d’un coup d’Etat contre la légitimité démocratique et les principes de la révolution tunisienne », ajoute Ennahdha dans son communiqué.

Et le parti d’obédience islamique d’ajouter « Cette démarche inconstitutionnelle pose la question de la légitimité du pouvoir à l’avenir, ce qui menace l'unité de l'Etat tunisien et le pousse dans une situation à hauts risques sans précédent dans son histoire ».

Le parti a exprimé son « ferme rejet du maintien de l’état d’exception où le Président Kaïs Saïed s’est arrogé les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, sans possibilité de recours, pour imposer des choix et des mesures inconstitutionnels qui abrogent les institutions politiques légitimes en place, dont le Parlement, l'instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi et l'Instance nationale de lutte contre la corruption ».

Ennahdha a appelé à « défendre les valeurs de la République et de la démocratie et à protéger le pays des dangers de cette démarche présidentielle qui accentue la division sociétale, menace la paix sociale et sape l'unité nationale autour de la Constitution ».

« Cette démarche unilatérale du Président ne peut réussir à résoudre les problèmes économiques et sociaux (...) mais va les aggraver et consacrer un isolement international dévastateur pour l'économie du pays et son image à l'étranger en tant que modèle démocratique », a mis en garde le mouvement.

La Tunisie est en proie à une grave crise politique depuis que le chef de l’Etat avait décidé le 25 juillet de révoquer le Chef du gouvernement Hichem Mechichi, geler les pouvoirs du Parlement pour une durée de 30 jours, et de lever l’immunité des députés dans le cadre de mesures d’exception. Kaïs Saïed avait annoncé également qu’il s’arrogeait le pouvoir exécutif avec l’aide d’un gouvernement dont il désignera le chef et a procédé dans les jours suivants à une série de limogeages de ministres et de hauts responsables dans l’appareil de l’Etat.

La majorité des partis ont rejeté les décisions de Saïed, prorogées sine die en date du 24 août écoulé. Certains partis ont qualifié ces décisions de « coup d’Etat contre la Constitution », tandis que d’autres formations politiques l’ont considéré comme étant une « restauration du processus », sur fond de crises politiques, économiques, et sanitaires (Covid-19).

Au cours des derniers jours, plusieurs partis ont annoncé leur rejet de l’abrogation de la Constitution par Kaïs Saïed, mettant en garde contre le retour de la tyrannie et de l’autoritarisme, après la révolution de 2011 qui a renversé le régime du Président Zine El Abidine Ben Ali (1987-2011).


*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail



Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.