Afrique

Maroc : démission de Saad Dine El Otmani et de tous les membres du bureau du PJD

- Après la débâcle des législatives.

Lassaad Ben Ahmed   | 09.09.2021
Maroc : démission de Saad Dine El Otmani et de tous les membres du bureau du PJD

Morocco

AA / Nice / Feïza Ben Mohamed

Le Parti Justice et Développement (PJD) a annoncé, jeudi, la démission de son secrétaire général Saad Dine El Otmani et de l’ensemble des membres de son bureau politique, au lendemain de la déroute du parti aux élections législatives.

Le PJD, qui détenait 125 sièges à la chambre des représentants, n’en a remporté que 12 au terme de l’élection qui s’est tenue mercredi dans le Royaume.

Dans un communiqué que l'Agence Anadolu a pu consulter, le parti estime que les résultats obtenus « ne reflètent pas la réalité de la carte politique de notre pays, ni la position du parti sur la scène politique, ses résultats dans la gestion des affaires locales et gouvernementales, et la large réponse des citoyens au parti pendant la campagne électorale ».

Le PJD va, par ailleurs, convoquer son assemblée générale le 18 septembre courant dans le but « d'évaluer globalement les résultats électoraux et de prendre les décisions appropriées ».

Pour rappel, le Rassemblement National des Indépendants (RNI), dirigé par l’actuel ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch, est arrivé largement en tête du scrutin en raflant 97 sièges.

Selon le ministère de l’Intérieur « le Parti Authenticité et Modernité (PAM) a occupé la 2ème place avec 82 sièges, suivi du Parti de l’Istiqlal (PI, 78 sièges), de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP, 35 sièges), du Mouvement Populaire (MP, 26 sièges), du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS, 20 sièges), de l’Union Constitutionnelle (UC, 18 sièges) et du Parti de la Justice et du Développement (PJD, 12 sièges), alors que les autres formations politiques se partagent 12 sièges ».

Ainsi, le PJD, dirigé par le Premier ministre Saad Dine El Othmani a vécu une véritable déroute en arrivant huitième de ce scrutin après dix ans passés au pouvoir.

Le taux de participation des électeurs, annoncé à 50,18% mercredi soir, a été revu légèrement à la hausse ce jeudi matin, soit 50,35%.

Le futur gouvernement aura pour mission de mettre à bien la feuille de route, voulue par le roi Mohamed VI et qui vise à concrétiser le nouveau modèle de développement marocain.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın