Afrique

Maroc/CNDH: la peine de mort dans la législation du pays est contraire à la Constitution

Selon Amina Bouayach, présidente du Conseil national des droits de l'homme (CNDH), lors d'une conférence de presse à l'occasion de la Journée internationale contre la peine de mort.

Khalid Mejdoup   | 14.10.2021
Maroc/CNDH: la peine de mort dans la législation du pays est contraire à la Constitution

Rabat

AA/Rabat

Le Conseil national des droits de l'homme au Maroc (CNDH) (gouvernemental) a déclaré, jeudi, que la peine de mort est incompatible avec l'exigence constitutionnelle claire.

Lors d'une conférence de presse dans la capitale, Rabat, à l'occasion de la Journée internationale contre la peine de mort, la présidente du Conseil, Amina Bouayach a souligné que la peine de mort prévue par la législation marocaine contredit l'exigence constitutionnelle claire, comme indiqué au chapitre 20 de la Constitution.

Le 6 mai, le conseil a affirmé que le nombre de personnes condamnées à mort dans le pays avait atteint 74, dont deux femmes.

Bien que les lois marocaines contiennent des dispositions relatives à la peine de mort, cette peine n'a pas été appliquée depuis 1993.

« La peine de mort a-t-elle réduit les crimes graves ? La réponse est non », a déclaré Bouayach.

Et Bouayach de poursuivre "le devoir constitutionnel du législateur est de protéger le droit à la vie, de tout préjudice, violation ou infraction."

Elle a ajouté que celui qui ôte la vie à un être humain, le prive de son droit de vivre, et dans le cas d'une condamnation à mort, la différence réside dans le fait que l'un d'eux est puni de la peine de mort car c'est une obligation légale. Il est exécuté au nom de la loi.

Les condamnés à mort sont incarcérés dans des ailes spéciales des prisons du royaume, et ils y restent à vie, à moins qu'une grâce ou une réduction de peine ne soit prononcée en leur faveur.

En novembre 2017, le Maroc s'est abstenu de voter sur un projet de résolution de la « Troisième Commission » de l'Assemblée générale des Nations Unies, appelant les pays du monde à abolir la peine de mort.

Ce comité s'occupe d'un éventail de questions sociales, humanitaires et de droits humains qui touchent les peuples, partout dans le monde.

*Traduit de l'arabe par Wejden Jlassi

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın