Économie, Afrique

Mali : le secteur financier paralysé par une grève de 72 heures

-Une grève reconductible si les doléances ne seront pas satisfaites d'ici lundi a indiqué Hamadoun Bah secrétaire général du Syndicat national des assurances, banques et établissements financiers et commerce du Mali (SYNBEF)

Nadia Chahed   | 27.10.2021
Mali : le secteur financier paralysé par une grève de 72 heures

Bamako

AA/Bamako/Amarana Maiga

Onze banques sur les quatorze que compte le Mali et plusieurs stations d'essence ont entamé, mercredi, un mouvement de grève de 72 heures en réponse à l'appel du Syndicat national des assurances, banques et établissements financiers et commerce du Mali (SYNABEF).

Les grévistes réclament l'application des augmentations salariales obtenues en 2021 conformément au procès-verbal de conciliation signé, le 5 février dernier entre l'Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) et le gouvernement malien, la finalisation de la relecture de la convention collective des Banques, Assurances et Établissements Financiers du Mali, a expliqué dans une déclaration à Anadolu, Hamadoun Bah, Secrétaire général du SYNBEF ajoutant que la grève sera reconduite dès lundi si les doléances ne sont pas satisfaites.

Hamadou Bah a en outre ajouté que le syndicat souhaite l’ouverture des négociations sur la valorisation du taux de ristourne des revendeurs de Pari Mutuel Urbain (PMU Mali ), à 10% du contrat de travail, conformément au code du travail, ainsi que la régularisation du contrat des travailleurs de la Société Africaine d’Études et de Réalisations (SAER Emploi), spécialisée dans le recrutement et conseil en ressources humaines.

« C'est un groupuscule qui est entrain de manipuler les autres sur du faux pour des intérêts personnels. Au delà de ça la grève est illégale au regard de l'article 2 de notre convention collective des banques. », a indiqué Papa Sadio Traoré secrétaire général du Comité Syndical de la Banque du Développement du Mali qui s'est désolidarisé de la grève alors que le SYNABEF réclame le départ de son administrateur général.

Le gouvernement malien et les responsables des banques n'ont encore fait aucune réaction au sujet de cette grève.

Les employés de plusieurs stations d'essence ont entamé, le même jour, un mouvement de grève de 72 heures pour dénoncer les conditions de travail déplorables et les licenciements abusifs et réclamer l’application de la convention collective, la régularisation des contrats de travail et le respect des heures supplémentaires et la rémunération des primes.


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın