Afrique

L'Afrique a besoin de 252 milliards de dollars supplémentaires pour financer la relance post Covid-19 (Macky Sall)

-Le président sénégalais s'exprimait en marge de la 76è session de l'Assemblée générale de l'ONU

Nadia Chahed   | 25.09.2021
L'Afrique a besoin de 252 milliards de dollars supplémentaires pour financer la relance post Covid-19 (Macky Sall)

Dakar

AA/Alioune Ndiaye

L’Afrique a besoin d’un financement additionnel de 252 milliards de dollars au moins d’ici 2025 pour relancer son économie après les 33 milliards de dollars perçus comme quota des droits de tirages spéciaux (DTS), a annoncé vendredi le président sénégalais Macky Sall.

Sall s'exprimait lors de la 12e séance plénière de la 76e session de l'Assemblée générale de l'ONU.

"Au regard de l’impact profond de la crise, l’Afrique a besoin d’un financement additionnel d’au moins 252 milliards de dollars d’ici 2025 pour contenir le choc et amorcer sa relance économique", a soutenu le président sénégalais assurant que les 33 milliards de dollars perçus comme quota dans le cadre des droits de tirages spéciaux (DTS) ont "juste servi à l’Afrique à renforcer sa résilience sanitaire, atténuer en partie l’impact de la crise et amorcer la relance économique".

"Nous devons poursuivre les efforts de relance économique et c’est l’objectif du New deal avec l’Afrique issu du sommet de Paris du 18 mai dernier sur le financement des économies africaines", a rappelé le chef de l’Etat sénégalais.

Il a, en outre, plaidé pour un assouplissement des règles de l’Organisation de coopération et de développement économiques(OCDE) pour libérer le potentiel d'investissement en Afrique.

Sall a, par ailleurs, souligné qu'il était nécessaire de penser à une réforme du conseil de sécurité des Nations Unies après 76 ans d’existence.

" Il est temps que la composition du conseil de sécurité reflète les réalités des Nations unies du 21è siècle dans toute leurs diversités et non celle révolue du monde de l’après-guerre", a-t-il déclaré rappelant ainsi que son pays réaffirme son attachement à la position africaine commune exprimée à ce sujet.

Sur un autre plan, le président sénégalais a plaidé pour un renforcement du mandat de la mission multidimensionnelle intégré des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) et des pays du G5 Sahel.

" Nous continuons de plaider pour que la MINUSMA soit dotée d’un mandat robuste pour lutter efficacement contre le terrorisme", a-t-il déclaré.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın