Afrique

La Tunisie et l'Algérie commémorent le 64ème anniversaire du massacre de Sakiet Sidi Youssef

- Commis par l’armée coloniale française en 1958

Fatma Bendhaou   | 08.02.2022
La Tunisie et l'Algérie commémorent le 64ème anniversaire du massacre de Sakiet Sidi Youssef

Algeria


AA/ Aksil Ouali

La Tunisie et l'Algérie ont célébré, ce mardi, le 64ème anniversaire du massacre de Sakiet Sidi Youssef commis par l’aviation coloniale française, un certain 8 février 1958. En pleine guerre d’Algérie, l’armée française avait alors bombardé le village tunisien de Sakiet Sidi Youssef (nord-ouest, gouvernorat du Kef) qui abritait aussi des familles algériennes qui s’y sont réfugiées.

« Ces événements ont révélé au monde entier la barbarie du colonialisme français et la brutalité de ses méthodes et ses politiques répressives », a déclaré le premier ministre algérien, Aïmene Benabderrahmane qui a co-présidé avec la Cheffe du gouvernement tunisien, Najla Bouden, cette cérémonie commémorative.

Accompagné à cette occasion par les ministres de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, et des Moudjahidine, Laïd Rebiga, le premier responsable du gouvernement algérien et son homologue de Tunisie se sont recueillis devant la stèle commémorative érigée en la mémoire des victimes des événements de Sakiet Sidi Youssef,.

Ils ont ensuite visité une exposition de photos et de documents historiques évoquant ces événements où le sang des deux peuples algérien et tunisien a coulé, dans la commune de Sakiet Sidi Youssef.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, Aïmene Benabderrahmane a souligné « l’image de solidarité et du sacrifice entre les deux peuples frères ». « En ce jour de 1958, les peuples algérien et tunisien ont enregistré une page immortelle de leur histoire commune. Ils ont su comment démontrer leur cohésion et leur synergie en matière de défense des valeurs de liberté et de dignité, avec la pleine conviction que la force et la profondeur des liens qui unissent nos deux pays et nos deux peuples ne peuvent être ébranlés par l’arrogance de l’oppresseur », a-t-il assuré.

Et d’ajouter : « Les sacrifices de nos martyrs tombés lors de ce massacre resteront une source d’inspiration pour les générations futures, qui y puiseront le sens de la fraternité, de la solidarité et des stimulants pour renforcer les liens de coopération entre nos deux pays frères ».

Le Premier ministre algérien a rappelé, dans ce sens, les engagements pris récemment par les Présidents des deux pays de renforcer la coopération bilatérale dans les domaines politique, économique et culturel. « De même que nos sangs se sont mélangés hier au nom de la liberté et de la dignité, nos efforts s’unissent, aujourd’hui, pour construire des relations de coopération particulières et exceptionnelles entre l’Algérie et la Tunisie », a-t-il insisté.

Les bombardements de Sakiet Sidi Youssef, rappellent les historiens, a visé des civils. L’armée française avait alors mobilisé 25 avions. L’attaque s’était soldée par 79 morts, dont 11 enfants et 20 femmes et 130 blessés, outre la destruction totale des infrastructures vitales du village.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın