Afrique

La Guinée équatoriale et le Tchad signent un mémorandum d'accord

- Couvrant plusieurs domaines.

Lassaad Ben Ahmed   | 08.12.2021
La Guinée équatoriale et le Tchad signent un mémorandum d'accord

Cameroon

AA / Peter Kum

La Guinée-équatoriale et le Tchad ont signé mardi un mémorandum d'accord couvrant plusieurs domaines, à l'occasion d'une visite de travail de 48 heures à Malabo du président de la transition au Tchad, Mahamat Idriss Deby.

« A travers ce mémorandum, les deux parties s’engagent à renforcer leur coopération dans les domaines du commerce, du transport aérien et de la mobilité », a indiqué dans un communiqué la présidence tchadienne.

Selon N'Djamena, le président tchadien et son homologue équato-guinéen, Obiang Nguema Mbasogo, ont d’abord passé en revue la coopération bilatérale avant d’évoquer les voies et moyens de renforcer davantage cette coopération.

D’après Malabo, le président Obiang Nguema Mbasogo a profité de cette première visite du président de la transition du Tchad en terre équato-guinéenne pour évoquer, par la suite, la relance de la Commission mixte Tchad-Guinée équatoriale, dont la dernière réunion a eu lieu en 2015.

« Les deux gouvernements se sont engagés également à opérationnaliser les mécanismes permettant aux deux pays de faire face aux défis communs notamment la sécurité, le développement et la prospérité de leurs pays », a relevé la présidence tchadienne.

Pour rappel, fin décembre 2018, une soixantaine de Tchadiens avaient été interpellés en Guinée équatoriale après un coup d’Etat manqué à Malabo.

Selon un communiqué de la présidence équato-guinéenne, un groupe de mercenaires étrangers – en majorité des Tchadiens, mais aussi Soudanais et Centrafricains – avait voulu le 24 décembre 2018 « attaquer le chef de l’État qui se trouvait dans le palais présidentiel de Koete Mongomo pour les fêtes de fin d’année ».

Un Tchadien, Mahamat Kodo Bani, présenté comme le « cerveau » de l’opération, avait été arrêté le 27 décembre 2018 à Douala au Cameroun.

En visite à Malabo au lendemain de ce coup d’Etat manqué, le ministre tchadien des Affaires étrangères avait déclaré que cette tentative de coup d’Etat était une « menace sérieuse de déstabilisation qui concerne toute la sous-région d’Afrique centrale ».

Le coup manqué contre le président Obiang Nguema Mbasogo avait alors provoqué un refroidissement des relations existantes entre Malabo et N'Djamena.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın