Afrique

Guterres appelle à une coopération internationale pour interdire la fourniture d'armes à la Libye

sur fond de rapports faisant état de l'implication de la France et des Emirats Arabes Unis dans l'approvisionnement en armes et en militants des forces Haftar

Mona Saanouni   | 10.07.2019
Guterres appelle à une coopération internationale pour interdire la fourniture d'armes à la Libye

New York

AA/New York/Tarek Mohamed

Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, a appelé, mercredi, tous les pays à coopérer avec les régimes de sanction et les embargos sur les armes en interdisant la fourniture d'armes à la Libye.

C'est ce qui ressort d'une conférence de presse tenue par son porte-parole adjoint, Farhan Haq, mercredi au siège permanent de l'organisation à New York.

Haq répondait aux questions des journalistes relatives à l'implication de la France et des Emirats arabes unis s dans l'approvisionnement en forces et en armes des forces du général libyen à la retraite Khalifa Haftar.

"Nous attendons de tous les pays qu'ils coopèrent avec le régime de sanctions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur l'interdiction de fournir des armes à la Libye", a déclaré le porte-parole.

En juin dernier, le Conseil de sécurité des Nations Unies a prolongé à l'unanimité l'embargo sur les exportations d'armes imposé à la Libye depuis 2011 pour une année entière.

Le ministère français de la Défense a révélé, mercredi, que les missiles Javelin, saisis par les forces du gouvernement libyen d'entente nationale (reconnu par la communauté internationale) dans une base militaire appartenant aux forces de Haftar dans la ville libyenne de Gharian (ouest), lui appartiennent.

"Paris a acheté les missiles à Washington et les a envoyés en Libye pour qu'ils soient utilisés par une unité française chargée de lutter contre le terrorisme dans ce pays, afin de se protéger", a indiqué un communiqué du ministère.

Cependant, des rapports médiatiques indiquent que des responsables des Émirats arabes unis ont récemment conclu des accords portant sur le soutien des forces de Hafar avec des éléments armés originaires du Soudan et de pays africains voisins, financés par Abou Dhabi et Riyad.

Depuis 2011, la Libye connait une lutte pour le pouvoir et la légitimité, centrée actuellement entre le gouvernement d'entente à Tripoli (ouest) et les forces de Haftar basées à l'est du pays.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın