Science-Technologie, Afrique

Fin du 9ème Forum africain sur le système des noms de domaine

- Avant de clôturer le forum organisé en ligne, les participants ont discuté de "l'amélioration de la collaboration au sein des forums et symposiums en Afrique"

Nur Asena Ertürk   | 28.07.2021
Fin du 9ème Forum africain sur le système des noms de domaine

Ankara

AA / Ankara

Le 9ème Forum africain sur le système des noms de domaine (DNS) a pris fin le 28 juillet.

Le forum a été organisé en ligne, sur le thème de "Faire évoluer l'écosystème du DNS en Afrique", conjointement par l'Association africaine de noms de domaine de premier niveau (AFTLD), la Société pour l'attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (ICANN) et l'Association des bureaux d'enregistrement accrédités par l'ICANN en Afrique (AfRegistrar).

L'édition 2021 du forum a rassemblé les acteurs du secteur du DNS africains, pendant deux jours.

Les participants ont discuté de l'évolution de l'écosystème du DNS dans la région, des initiatives du Forum sur le DNS au niveau national et régional, des problèmes techniques émergents, du financement et de l'assurance pour les activités liées au DNS, ainsi que de la conformité dans le secteur du DNS.

Lors de la dernière session portant sur "l'amélioration de la collaboration au sein des forums et symposiums en Afrique", le professeur Nii Quaynor, considéré comme "le père de l'Internet en Afrique", a soulevé nombreux problèmes empêchant le progrès du continent dans ce domaine.

"Nous devons nous focaliser sur le développement de l'Afrique dans le domaine technologique, a-t-il déclaré. Tous les acteurs doivent bien connaître leurs propres racines, leur culture de coopération et leur langage, afin de progresser ensemble. […] Toutes les institutions doivent comprendre qu'elles sont chacune nécessaire, mais insuffisante."

Pour sa part, Pierre Dandjinou, le vice-président de l'ICANN en charge de la relation avec les parties prenantes en Afrique, a mis l'accent sur les capacités du continent quant au progrès à réaliser.

"J'estime qu'il faut voir comment cela sera assuré, a-t-il conclu. Il ne faut pas seulement attendre le soutien des institutions mais quel sera l'ampleur des efforts que déploiera le continent lui-même?"

Selon les résultats d'une étude menée par l'ICANN, le continent africain compte un peu plus de 450 millions d'internautes et moins de deux millions de noms de domaine. La valeur totale annuelle du marché africain des noms de domaine serait d'environ 52 millions de dollars, d'après les données annoncées en mai 2017.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın