Afrique

Ennahda : “Nous n’accorderons pas notre confiance au gouvernement dans sa composition actuelle”

- C’est ce qui ressort des déclarations du chef du Conseil de la Choura du mouvement, Abdelkarim Harouni.

Meher Hajbı   | 14.02.2020
Ennahda : “Nous n’accorderons pas notre confiance au gouvernement dans sa composition actuelle”

Tunisia

AA - Tunis

Le chef du Conseil de la Choura du mouvement Ennahda, Abdelkarim Harouni, a annoncé que le parti n’accorderait pas confiance au gouvernement Elyes Fakhfakh s’il est présenté sous sa composition actuelle.

C’est ce qui ressort des déclarations de l’ancien ministre du Transport lors d’une conférence de presse tenue vendredi après la clôture des travaux de la 37e session du Conseil de la Choura du mouvement Ennahda (54 sièges sur 217 au Parlement).

“Nous souhaitons que le gouvernement ait des chances de continuer, de réussir à relever le défi économique et social et d'avoir la stabilité au Parlement. Ainsi, Fakhfakh ne doit pas présenter son gouvernement au chef de l'Etat dans sa composition actuelle”, a-t-il expliqué.

Pour Harouni, le chef du gouvernement désigné doit mener de nouvelles consultations afin de mettre en place un gouvernement d’unité nationale pour que le mouvement Ennahda puisse le défendre sans exclure personne.

“La mise en place d’un gouvernement d'unité nationale vient de la vision d’Ennahda de mettre fin à l'exclusion en Tunisie. Il faut aussi respecter la volonté des électeurs et les équilibres au gouvernement”, a-t-il poursuivi.

En ce qui concerne l’actualité parlementaire, Harouni a tenu à fustiger “ce qui se passe actuellement au Parlement, notamment, les échanges d’accusation entre les députés, les attaques contre Ennahda et la centrale syndicale”. “Ce climat hostile ne contribue pas à la formation d’un gouvernement capable de faire face aux défis socio-économiques”, a-t-il conclu.

En effet, le Premier ministre tunisien désigné, Elyes Fakhfakh, avait fait savoir, lors d’un point de presse tenu le 24 janvier, que 10 partis politiques ont exprimé leur volonté de participer au prochain gouvernement.

Ces partis sont : le mouvement Ennahdha, le mouvement démocrate, la coalition al-Karama, le mouvement al-Chaab, Tahya Tounes, Machroô Tounes, al-Badil Tounsi, l'Union républicaine populaire, Nidaa Tounes et Afek Tounes.

Fakhfakh avait expliqué, la semaine dernière, que son projet a pour objectif de “construire la Tunisie et non à former un gouvernement”. Il optera, ainsi, pour les principes de clarté et de transparence dans la voie de la création d'une coalition gouvernementale et de l'élaboration d’un pacte gouvernemental sans la participation du Parti Destourien Libre et du mouvement “Au coeur de la Tunisie”.

De son côté, le chef du mouvement “Ennahda”, Rached Ghannouchi avait affirmé, la semaine dernière, que le gouvernement de Elyes Fakhfakh ne passera pas car il n’obtiendra pas la confiance du Parlement si le parti “Au coeur de la Tunisie” reste exclu des tractations de la formation de son gouvernement.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın