Afrique

Comité des médecins soudanais: le nombre de morts lors des manifestations à Khartoum passe à 42

- Après qu'un manifestant de 21 ans a succombé à ses blessures.

1 23   | 24.11.2021
Comité des médecins soudanais: le nombre de morts lors des manifestations à Khartoum passe à 42

Sudan

AA/Khartoum

Le Comité des médecins soudanais a annoncé, mercredi, la mort d'un manifestant ayant succombé, il y a quelques jours, à ses blessures. Le bilan des manifestations dans la capitale, Khartoum, est passé ainsi à 42 morts, depuis le 25 octobre.

Le Comité (non gouvernemental) a déclaré, dans un communiqué, que Bahr Nasser, 21 ans, était décédé après avoir été touché par balle au niveau de la tête, lors des manifestations du 21 novembre, portant ainsi le nombre des morts à 42, depuis le coup d'Etat militaire.

Bien que le général Abdel Fattah al-Burhan et Abdallah Hamdok aient signé, dimanche dernier, un accord politique, comprenant le retour du Premier ministre soudanais à ses fonctions, la formation d'un gouvernement de compétences, la libération des détenus politiques, ainsi que la collaboration entre les deux parties afin de parachever la transition démocratique, sauf que les forces politiques et civiles ont exprimé leur rejet dudit accord considéré comme une « tentative de légitimer le coup d'État ».

Al-Burhan a, à plusieurs reprises, souligné avoir pris les mesures du 25 octobre pour protéger le pays d'un danger réel, accusant les forces politiques d'inciter au chaos.

*Traduit de l'arabe par Malèk Jomni





















































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































», promettant de poursuivre les protestations jusqu'à ce que le plein régime civil soit atteint.

À plus d'une occasion, Al-Burhan a souligné qu'il avait pris les mesures du 25 octobre pour « protéger le pays d'un danger réel », accusant les forces politiques d'« inciter au chaos ».

*Traduit de l'arabe par Malèk Jomni

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın