Afrique

Cameroun : l’ONU et l’UA condamnent l’attaque contre une école

- Qui a coûté la vie à huit enfants en région anglophone

Lassaad Ben Ahmed   | 26.10.2020
Cameroun : l’ONU et l’UA condamnent l’attaque contre une école

Cameroon

AA / Yaoundé / Peter Kum

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, s’est dit profondément choqué par l'attaque ayant coûté la vie à 8 écoliers dans la ville de Kumba dans la région du Sud-Ouest camerounais, samedi.
« Une fois de plus, cette attaque est un rappel inquiétant du lourd tribut payé par les civils, y compris les enfants, dont plusieurs ont été privés de leur droit à l’éducation », a déclaré le porte-parole du Secrétaire général dans un communiqué publié dimanche.
La Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Audrey Azoulay, et le Coordonnateur humanitaire au Cameroun, Matthias Z. Naab, ont également fermement condamné cette attaque.
« Les écoles doivent être des lieux sûrs, l’éducation est un droit humain », a souligné Azoulay sur son compte Twitter.
« Je suis choqué et indigné par le meurtre d'écoliers innocents qui allaient à l'école pour obtenir une éducation », a, pour sa part, déclaré Naab dans un communiqué publié par OCHA.
L'attaque contre cette école à Kumba est, selon OCHA, « la pire atrocité » au Cameroun depuis la rentrée scolaire le 5 octobre 2020, au cours de laquelle plus d'élèves se sont inscrits dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest que ces dernières années alors que beaucoup d’écoles ont été fermées en zone anglophone depuis 2017.
« Il n'y a pas de mots pour le chagrin ni de condamnation assez forte pour exprimer toute mon horreur face à l'attaque brutale qui a visé des écoliers en école primaire (...) alors qu'ils étaient assis, en train d'apprendre, dans leur salle de classe », a posté Moussa Faki Mahamat, président de l'Union africaine, sur Twitter.
L’opposant camerounais Maurice Kamto, leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), a réagi depuis Yaoundé où il est gardé en résidence surveillée.
« Combien de morts faut-il encore pour qu'une solution politique ramène la paix dans le Nord-Ouest et Sud-Ouest, les deux régions anglophones? », a-t-il réagi, tandis que le Premier ministre camerounais, Joseph Dion Nguté a dépêché une équipe ministérielle à Kumba.
Le 24 octobre, un groupe d'hommes armés a attaqué l'Académie internationale bilingue Mère Francisca à Kumba. Ils ont ouvert le feu sur les élèves âgés de 9 à 12 ans présents dans la salle de classe.
Selon OCHA, au moins huit enfants ont été tués à la suite de coups de feu et d'attaques à la machette. Douze autres ont été blessés et emmenés dans des hôpitaux locaux.
Depuis près de trois ans, des groupes séparatistes anglophones et l'armée s'affrontent dans les deux régions camerounaises du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, où vit l'essentiel de la minorité anglophone qui s'estime marginalisée par la majorité francophone du pays.
Les combats en zone anglophone du Cameroun selon de nombreuses ONG, ont fait plus de 3.000 morts et forcé plus de 700.000 personnes à fuir leurs domiciles.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın