Afrique

Cameroun / Crise anglophone : quatre élèves et un enseignant tués par de hommes armés

- Dans des attaques contre des écoles dans le Sud-Ouest du Cameroun.

Lassaad Ben Ahmed   | 24.11.2021
Cameroun / Crise anglophone : quatre élèves et un enseignant tués par de hommes armés

Cameroon

AA / Yaoundé / Peter Kum

« Des attaques sanglantes ont été perpétré, mercredi, par des hommes armés non identifiés contre trois établissements scolaires dans la localité d’Ekondo Titi », située dans le département de Ndian, région du Sud-Ouest, a fait savoir à l’Agence Anadolu le maire de la localité, Kenneth Ene Nanji.

Selon Nkongho Felix Agbor Balla, avocat en droits humains et vice-président du Barreau africain pour l'Afrique centrale, « au moins quatre élèves et un enseignants ont été tué et plusieurs autres blessés », dans cette attaque non revendiquée.

« Les hommes armés ont également fait usage d’engins explosifs dans ces attaques », a souligné l’avocat Balla.

L’attaque n’a pas été revendiquée et le gouvernement n’a pas encore fait des déclarations sur ce nouveau drame qui plongé la ville côtière d’Ekondo Titi dans le chagrin.

Depuis le début de la crise anglophone fin 2016, les écoles sont fréquemment ciblées dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun par des hommes armés.

Le 24 octobre 2020, une attaque similaire contre une école à Kumba dans le Sud-Ouest avait fait au moins huit morts et une douzaine de blessés.

La responsabilité de l’attaque n’a pas été revendiquée, mais le gouvernement a accusé les séparatistes armés qui avaient appelé à un boycott de l’éducation dans les régions anglophones depuis 2017.

Le crime « horrible » avait vivement été condamné par la classe politique camerounaise, l’ONU et l’Union africaine.

« Ce massacre est un sinistre rappel du lourd tribut payé par les enfants, et des entraves à leur éducation, dans le cadre de la crise dans les régions anglophones du Cameroun », avait déclaré Ida Sawyer, directrice adjointe de la division Afrique de l’ONG Human Rights Watch.

« Face à de telles pertes en vies humaines, il est essentiel que le gouvernement garantisse une enquête efficace, non seulement pour que les victimes puissent obtenir justice, mais aussi pour décourager de futures attaques et renforcer la protection du droit à la vie et à l’éducation », avait déclaré Human Rights Watch.

Depuis 2017, des groupes séparatistes armés ont imposé un boycott de l’éducation dans les régions anglophones, cherchant à faire pression sur le gouvernement pour qu’il soutienne leur appel à l’indépendance des régions anglophones du Cameroun.

Les combattants séparatistes ont attaqué des écoles, kidnappé des centaines d’élèves et agressé écoliers et enseignants pour ne pas avoir respecté leurs consignes de fermeture des écoles.

Ils se sont servi des écoles comme bases pour leurs opérations, et ont torturé et pris en otage des personnes à l’intérieur et à proximité de ces établissements.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın