Afrique

Cameroun / Crise anglophone : 5 militaires tués par des séparatistes

- Les militaires assistaient à un match de football à Otu, près de la frontière nigériane.

Lassaad Ben Ahmed   | 01.06.2020
Cameroun / Crise anglophone : 5 militaires tués par des séparatistes

Cameroon

AA / Yaoundé / Peter Kum

Cinq membres de l’armée camerounaise ont été tués dimanche 31 mai dans la région du Sud-Ouest dans une attaque perpétrée par des groupes séparatistes anglophones lors d’un match de football, a-t-on appris du maire de la localité.

L'attaque a eu lieu dimanche après-midi, lorsque plusieurs sécessionnistes armés s'en sont pris à des militaires qui assistaient à un match de football à Otu, ville située près de la frontière nigériane.

« J’ai organisé, dimanche, un match de football pour célébrer le retour à la normale après plus de trois ans de conflit dans notre localité », a souligné le maire d’Eyumojock, Ita Jacques Ayamba.

« Lors de ce match, des séparatistes qui n’étaient certainement pas d’accord avec l’idée du match, ont mené une attaque pendant la rencontre. Ils ont particulièrement ciblé des militaires. Cinq soldats ont trouvé la mort dans l’attaque », a-t-il précisé.

Le gouvernement, le ministère de la Défense ainsi que des organisations de défense des droits de l’homme n’ont pas encore réagi.

Bien que la pandémie de la Covid-19 dicte sa loi dans le monde et au Cameroun, les violences se poursuivent dans les deux régions en crise du pays. Malgré les appels au cessez-le-feu, recommandé par les Nations Unies le 23 mars dernier, séparatistes et armée nationale continuent les combats.

Le 10 mai dernier, le maire de la ville de Mamfe dans la région du Sud-Ouest, Prisley Ojong, a été assassiné par des sécessionnistes après avoir tendu une embuscade contre son convoi.

Depuis fin 2016, les forces de sécurité camerounaises et des groupes séparatistes armés, qui veulent créer un Etat indépendant appelé Ambazonie, s'affrontent dans les deux régions anglophones.

Les deux camps sont également régulièrement accusés par des ONG internationales de perpétrer des crimes et des exactions contre des civils et du non-respect du droit humanitaire international (Dhi).

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın