Afrique

Burundi: Près de 600 réfugiés rentrent volontairement de la Tanzanie (Police)

-Ces réfugiés répondent à l’appel de Bujumbura qui ne cesse de les encourager à regagner leur pays.

Nadia Chahed   | 01.11.2017
Burundi: Près de 600 réfugiés rentrent volontairement de la Tanzanie (Police)

Bujumbura

AA/Bujumbura/Jean Bosco

Près de 600 réfugiés burundais sont volontairement rentrés du camp de réfugiés de Nduta en Tanzanie, a annoncé mercredi la police burundaise.

«Il s’agit de 157 familles composées de 291 femmes et de 268 hommes, une bonne partie de ces réfugiés sont originaires de la province de Cankuzo (200 km de Bujumbura vers l’Est), ils ont été installés sur le site de transit de Nyabitare, en province de Ruyigi (150 km de Bujumbura vers l’est)», a déclaré Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police sur la radio d’Etat, RTNB.

Le 26 octobre dernier, Pascal Barandagiye, ministre burundais de l’Intérieur et de la formation patriotique a déclaré, lors d’une conférence de presse à Bujumbura, que «plus de 180.000 réfugiés burundais avaient regagné le pays depuis janvier 2016».

Ces réfugiés répondent à l’appel de Bujumbura qui ne cesse de les encourager à regagner leur pays. Le 20 juillet dernier, le président burundais Pierre Nkurunziza avait effectué une visite officielle d’une journée à Ngara en Tanzanie.

S’adressant aux réfugiés burundais installés dans ce pays, il leur a demandé de regagner leur pays qui a, selon lui, retrouvé la paix.

Les autorités burundaises accusent l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) de gonfler les chiffres de ses réfugiés.

Selon les statistiques de l'Institution onusienne, le flux des réfugiés burundais dans les pays voisins reste ascendant. Au 30 octobre 2017, plus de 410.000 Burundais avaient pris le chemin de l'exil depuis fin avril 2015.

Avec un effectif de plus de 240 mille personnes, la Tanzanie est le premier pays d’accueil des réfugiés burundais. Elle est suivie par le Rwanda (87 mille), l’Ouganda (49 mille) et la République démocratique du Congo (40 mille).

Les autres, moins nombreux, sont éparpillés dans les pays voisins du Burundi, en l’occurrence le Malawi, le Mozambique, le Kenya et la Zambie, selon les mêmes données.

Le Burundi a plongé dans une grave crise, émaillée de violences, depuis le dépôt, en avril 2015, de la candidature du président Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat qu'il a obtenu en juillet de la même année, en violation de la Constitution et de l'accord d'Arusha qui a mis fin à la guerre civile de 1993-2006, selon l'opposition, la Société civile et une partie de son propre camp.

Ces violences ont fait depuis un an plus d’un millier de morts et poussé plus de 400.000 personnes à quitter le pays, selon le dernier rapport du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR, octobre 2017). Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın