Afrique

Burkina Faso - Transition : la situation sécuritaire et humanitaire demeure difficile (Mission de la Cédéao)

1 23   | 20.05.2022
Burkina Faso - Transition : la situation sécuritaire et humanitaire demeure difficile (Mission de la Cédéao) ( Kaan Bozdoğan - Anadolu Ajansı )

Burkina Faso

AA / Ouagadougou / Dramane Traoré

Au cours de leur séjour qui a débuté mercredi au Burkina Faso, les délégations de la Cédéao et du Burkina Faso ont visité les localités de Kaya et de Barsalogo dans la région du Centre-nord, a déclaré la ministre burkinabè en charge des Affaires étrangères lisant le communiqué final.

Les délégations qui ont été héliportées dans ces localités "ont noté une convergence de vue en matière de la situation sécuritaire et humanitaire qui demeure difficile", a-t-elle souligné précisant que les chefs de la délégation ont noté que cette mission d'évaluation constitue une étape importante dans la conduite des consultations entre le Burkina Faso et la Cédéao et dans l'accompagnement du processus de la transition du Burkina Faso.

Rouamba a précisé que les conclusions de cette mission d'évaluation seront transmises aux chefs d'État de la Cédéao.

La délégation de la Cédéao a réaffirmé son engagement à accompagner le Burkina Faso, a-t-elle indiqué.

Pour elle, cette mission s'est penchée sur les aspects civilo-militaires pour prendre la mesure de la situation.

Pour le Président de la Commission de la CEDEAO, Jean Claude Kassi Brou, cette mission d’évaluation a été très utile, dans la mesure où elle a pu constater de visu la situation.

"Le constat fait sur le terrain est que la situation sécuritaire et humanitaire restent difficiles. Il faut évidemment prendre la mesure de cette situation", a-t-il soutenu.

Lors de sa conférence des chefs d’Etat ténue le 25 mars dernier à Accra au Ghana, la Cédéao avait sommé le Burkina Faso de fournir une durée raisonnable de la transition au plus tard le 25 avril au risque de s’exposer à des sanctions.

Le Burkina Faso a souhaité disposer d'un délai supplémentaire par rapport à l'échéance du 25 avril 2022 fixée afin de poursuivre les consultations sur diverses questions.

Des militaires burkinabè ont renversé le 24 janvier dernier l’ancien président Roch Marc Christian Kaboré jugeant sa gestion de la situation sécuritaire « inefficace ».

Le Burkina Faso est toujours suspendu des instances de la Cédéao.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın