Afrique

Burkina Faso / G5 Sahel : la culture pour contrer le terrorisme

La déclaration de Ouagadougou est attendu à la fin de la Conférence des ministres de la Culture des pays du G5 Sahel, vendredi.

Lassaad Ben Ahmed   | 16.01.2020
Burkina Faso / G5 Sahel : la culture pour contrer le terrorisme

Burkina Faso
AA / Ouagadougou / Wendyam Valentin Compaoré

Les ministres de la Culture des pays du G5 Sahel ont entamé une réunion de trois jours (15-17 janvier), à Ouagadougou, pour trouver des solutions efficaces de lutte contre le terrorisme par la culture.

« Contribution de la culture à la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent au Sahel », est le thème de cette conférence inaugurée mercredi 15 janvier à Ouagadougou.

“Il faudra chercher à guérir l’humanité du fléau de la guerre par des méthodes appropriées, notamment l’enseignement et la promotion des valeurs cardinales de sorte à prévenir, sinon à réduire la violence”, a, dès l’entame de la conférence, lancé le ministre Burkinabè de la culture, Abdoul Karim Sango.

Les ministres et leurs experts, convaincus que l’arme n’est pas la seule réponse face aux attaques terroristes et que la culture pourrait être une alternative, envisagent également d’uniformiser leurs actions dans la lutte contre ce fléau.

Pour Dr Lassina Simporé, secrétaire général du ministère burkinabè de la culture et, par ailleurs, président du comité d’organisation, “la culture est une arme redoutable. Elle ne peut pas tuer ou blesser. Au contraire, elle soigne et ramène au droit chemin”.

Les cultures des pays du G5 Sahel étant variées, mises ensemble et utilisées à bon escient elles peuvent constituer une riposte, voire une réponse pour juguler le fléau, a-t-il expliqué.

Selon l’artiste comédien Etienne Minoungou “Il faut absolument construire les outils nécessaires pour rendre la présence humaine, la cohésion sociale, la rencontre des peuples, bref, la vie, il faut la remettre à sa place et ça, c’est le rôle de la culture”.

La première journée de la conférence a été consacrée aux communications en plénière. Quant au deuxième jour, il y aura les travaux en commission et enfin, la déclaration dite de Ouagadougou interviendra le dernier jour soit le 17 janvier 2020.

Selon les Nations Unies, le terrorisme a fait plus de 4000 morts en 2019 dans le Sahel. Les pays les plus touchés sont le Burkina Faso, le Mali et le Niger.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın