Afrique

Burkina Faso : deux morts et une vingtaine de disparus dans des éboulements

- Les sites d’exploitation artisanale d’or qui emploient près de 2 millions de personnes sont confrontés à des éboulements meurtriers.

Lassaad Ben Ahmed   | 01.03.2021
Burkina Faso : deux morts et une vingtaine de disparus dans des éboulements

Burkina Faso

AA / Ouagadougou / Dramane Traoré

Au moins deux orpailleurs ont été tués et une vingtaine portés disparus dans la nuit de dimanche à lundi, dans une série d’éboulements sur une mine artisanale dans la province du Bam, dans le Centre-Nord du Burkina Faso, a appris l’Agence Anadolu de sources concordantes.

"Les informations qui sont en notre possession font état de deux corps sans vie extraits sous les décombres. Mais selon les témoignages, une vingtaine d’autres orpailleurs sont toujours sous les décombres", a expliqué lundi, un responsable du ministère en charge des Mines sous couvert d’anonymat.

L’éboulement s’est produit à une trentaine de kilomètres sur l'axe Kongoussi-Tikaré (centre-nord) et est causé par l’utilisation des explosifs, indique pour sa part l’Agence d’information du Burkina (AIB).

Si certains médias locaux évoquent un nombre plus important de morts, le gouvernement burkinabè n’avait pas encore communiqué lundi à 8 heures (locale).

Depuis 2009, l’or est devenu le premier produit d’exportation du Burkina Faso, devançant le coton et classant le pays parmi les plus grands producteurs d’or d’Afrique, à côté de l'Afrique du Sud, du Ghana et du Mali.

En 2020, le pays a produit 60 tonnes d’or, contre 50 tonnes en 2019, soit une augmentation de 20%, selon le ministère en charge des Mines et des carrières.

Les sites d’exploitation artisanale d’or qui emploient près de 2 millions de personnes sont confrontés à des éboulements meurtriers à cause de l’utilisation des explosifs et les eaux de pluies.

Ces sites sont également convoités par les groupes terroristes pour le financement de leurs activités, affirme un rapport de l’Observatoire économique et social du Burkina Faso, publié en septembre 2020.

Fin janvier 2021, le gouverneur du Sahel au Burkina Faso, le Colonel-major Salfo Kaboré, a annoncé, la fermeture des sites aurifères artisanaux, en raison des attaques terroristes qui persistent dans la région.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın