Afrique

Burkina Faso: couvre-feu prorogé de deux mois dans la région de l’Est

Le couvre-feu, en vigueur dans la région de l’Est, a été prorogé jusqu’au 3 janvier, selon un communiqué signé par le gouverneur de la région le colonel Saidou Sanou.

Lassaad Ben Ahmed   | 05.11.2019
Burkina Faso: couvre-feu prorogé de deux mois dans la région de l’Est

Burkina Faso
AA / Ouagadougou / Wendyam Valentin Compaoré


Le gouverneur de la région de l'Est du Burkina Faso a décidé de proroger le couvre-feu jusqu'au 3 janvier, sur toute l'étendue de son territoire administratif, selon un communiqué rendu public lundi soir.

“Au regard du contexte sécuritaire régional, marqué par de nouveaux défis à relever, le couvre-feu en vigueur est prorogé”, a indiqué le colonel Saidou Sanou, gouverneur de la région de l'Est dans son communiqué

La circulation est ainsi interdite de minuit à 4 heures du matin dans la ville de Fada N’gourma (chef-lieu de la région de l’Est), et de 19 heures et 30 minutes à 4 heures du matin pour les autres localités de la région, et ce, à compter du 5 novembre 2019 jusqu’au 03 janvier 2020.

“Le Gouvernement sait pouvoir toujours compter sur l’esprit de discipline ainsi que sur le sens de la collaboration des vaillantes populations en vue de contenir cette insécurité persistante”, conclut le communiqué

Les provinces concernées sont la Gnagna, le Gourma, la Komandjari la Kompienga et la Tapoa.

En mars 2019, les forces armées ont lancé une opération de sécurisation de cette région dénommée “Otapuanu" qui signifie “pluie de feu” ou “foudre” en gulmancema, langue parlée dans la région de l'Est.

Sept soldats avaient été tués et une centaine de terroristes arrêtés dans cette opération selon un bilan officiel.

Depuis cette période, la région semble être épargnée des attaques.

A noter, que la dernière attaque dans cette région remonte à janvier 2019, lorsque la base militaire de Kompienbiga avait été attaquée à la roquette et à l’arme lourde faisant un blessé grave.

Au même moment, et malgré le couvre-feu et l’état d’urgence en vigueur, la région du Sahel, celle du Nord ou encore du Centre-Est font l’objet d’attaque récurrentes.

Lundi, des hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de gendarmerie d’Oursi dans l’Oudalan tuant cinq gendarmes selon un bilan non encore officiel.

Dimanche, c’est le député-maire de Djibo et trois de ses compagnons qui ont été tués dans une embuscade sur l’axe Djibo-Namsiguia alors qu’ils se rendaient à Ouagadougou.

Pour rappel, face à cette spirale de violence et d’attaques terroristes que connaît le pays depuis 2015, un état d’urgence avait été instauré fin décembre 2018 dans plusieurs provinces situées au nord et à l'est du pays.

Une mesure qui a été prolongée de 6 mois depuis juillet et qui sera en vigueur jusqu’au 12 janvier 2020.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın