Afrique

Briefing quotidien de l'actualité tunisienne

- L'Agence Anadolu fait le point sur l'actualité tunisienne de ces dernières heures, à travers les médias tunisiens

Wejden Jlassi   | 03.07.2022
Briefing quotidien de l'actualité tunisienne

Tunisia

AA/Tunis

*ONU: la réforme constitutionnelle en Tunisie doit être fondée sur la « souveraineté de la loi » (AA)

L’Organisation des Nations unies a souligné, vendredi, l'impératif qu'il y a à ce que « la réforme constitutionnelle en Tunisie soit fondée sur la souveraineté de la loi », affirmant l'importance que revêt l’initiation d’un dialogue afin de résoudre les dissensions politiques dans le pays.

C'est ce qui ressort d'un point de presse animé, au siège de l’organisation internationale à New York, par Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général de l’ONU.

Le porte-parole onusien a souligné que « nous sommes au courant du projet de la nouvelle Constitution tunisienne et nous affirmons l'importance à ce que cette réforme constitutionnelle soit globale, crédible et basée sur la souveraineté de la loi ».

Il a ajouté : « Nous soulignons également l'importance d'initier un dialogue entre les différents protagonistes tunisiens pour résoudre les dissensions politiques et aller de l'avant sur la voie de la création d'un Etat démocratique et prospère ».

Le président tunisien, Kaïs Saïed, avait publié en mai, un décret portant convocation des électeurs à un référendum sur une nouvelle Constitution le 25 juillet.

*Tunisie: démantèlement d'une cellule terroriste soupçonnée de planifier un hold-up dans une banque (AA)

Le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé, samedi, l'arrestation de plusieurs personnes appartenant à une "cellule takfiriste", dans le gouvernorat Sfax.

Le ministère a affirmé que les unités de la Brigade nationale de lutte contre le terrorisme ont réussi à démanteler une cellule terroriste composée de trois individus, qui planifiait de faire un hold-up dans une agence bancaire du gouvernorat de Sfax. Les personnes arrêtées ont avoué "leur intention de cambrioler une succursale bancaire".

La cellule a mis au point un plan bien élaboré. Elle a surveillé sa cible en la prenant en photo (...) Un fusil de chasse qui devait servir au moment de la prise d'otages a été aussi saisi et les suspects ont même paralysé le système de sécurité et de surveillance de la banque pour pouvoir s’y infiltrer.

Le 24 juin, le ministère de l'Intérieur a annoncé lors d'une conférence de presse que le président Kaïs Saïed a fait l'objet d'une tentative d'attaque terroriste.

En mars dernier, plus de 148 cellules terroristes ont été démantelées par les unités sécuritaires, a fait savoir, le porte-parole de la Direction générale de la Garde nationale, Houssem Eddine Jebabli.

*Tunisie: la centrale syndicale laisse libre choix à ses adhérents de participer au référendum (AA)

L'Union générale tunisienne du travail (UGTT - centrale syndicale) a annoncé, samedi, laisser le libre choix à ses adhérents de participer ou pas au référendum prévu le 25 juillet courant, sur le projet de la nouvelle Constitution.

Le secrétaire général de l'UGTT, Noureddine Taboubi ​​​​​​​a indiqué que « compte tenu de la diversité qui caractérise l’UGTT et la famille syndicale, la centrale syndicale a décidé de déléguer à chacun et à ceux qui partagent nos visées, la liberté de choisir et de participer au référendum ou pas ».

« Dans le projet de la nouvelle Constitution, il y a des aspects positifs, s'agissant du chapitre réservé aux droits et aux libertés, qui existait également dans la Constitution de 2014 », a-t-il dit.

Il a ajouté que « la nouvelle Constitution comporte également des lacunes à l'instar de la concentration du pouvoir entre les mains d'une seule personne (en allusion au président Kaïs Saïed) et de l'absence de toute mention du caractère civil de l'État ».

Le projet de la nouvelle Constitution a été publié au Journal officiel de la République tunisienne (JORT) n°74 du 30 juin 2022, sur fond de scissions relatives à la participation ou pas au référendum du 25 juillet courant.

Selon le nouveau projet, composé de 142 articles, le régime de l'Etat tunisien est un régime républicain et le président de la République nomme le chef du gouvernement et ses membres, sur proposition de ce dernier.

De plus, le chef de l'État met fin au mandat du gouvernement ou de tout autre membre, directement ou sur proposition du chef du gouvernement, de même qu'il n'est pas imputable de ses actes effectués dans le cadre de l'accomplissement de ses missions ».

Le président tunisien, Kaïs Saïed, avait publié en mai, un décret portant convocation des électeurs à un référendum sur une nouvelle Constitution le 25 juillet.



Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın