Türkİye, Afrique

ANALYSE - Maison de la Culture Africaine : Un exemple de "Diplomatie de la Première Dame"

- La Maison de la culture Africaine, un exemple d'initiative diplomatique de la Première Dame turque, qui soutient la politique africaine de notre pays, apporte une grande contribution à nos relations avec le continent.

Tuba Nur Sönmez   | 27.05.2022
ANALYSE - Maison de la Culture Africaine : Un exemple de "Diplomatie de la Première Dame"

Ankara

AA / Istanbul / Tuba Nur Sönmez

"Le meilleur exemple de la manifestation de notre patrimoine civilisationnel profondément enraciné, de notre tradition d'État et des valeurs anciennes de notre nation, est notre culture du partage et notre habitude d'être aux côtés de ceux qui sont en détresse."

La nation turque est connue depuis des siècles pour sa sensibilité et sa générosité, notamment dans la lutte contre l'injustice et pour l'instauration de la justice. En raison de notre situation géographique et des valeurs que nous avons intériorisées, nos relations avec les différentes sociétés sont façonnées en fonction de ces vertus.

- Une question de justice mondiale

Nous sommes dans un système international où l'impact de la mondialisation se fait sentir de plus en plus, jour après jour. Avec les développements technologiques, le fardeau des conditions de marché cruelles et de la répartition inéquitable des revenus, certaines personnes le vivent plus difficilement que d'autres.

D'un côté, il y a un bloc qui agit avec le principe que « tous les moyens sont bons pour atteindre le but», exploitant la richesse d'autres peuples pendant des années. Afin de s'enrichir encore plus, nombreux malheureux ont même été condamnés à périr. Si bien que la mission de « l'homme blanc » ne s'interdît pas d'envahir les continents, d'usurper l'existence de « l'autre » et d'asservir leurs peuples pour « civiliser » de force ceux qui sont différents de lui. Si bien, qu'elle poursuit sa volonté de garder vivantes, encore aujourd'hui, dans ses relations post-coloniales les versions modernes de l'ordre colonial, qui sont les documents honteux de l'histoire.

De plus, cette mission, qui manœuvre avec une telle arrogance, commence l'histoire de la civilisation avec Rome et la scelle avec l'Occident. Elle proclame la « fin de l'histoire » en s'écriant « jusqu'à ce que je puisse en prouver une meilleure, le gouvernement idéal est le mien ».

De l'autre côté, il y a ceux qui préfèrent grandir ensemble avec des modèles de relations égalitaires, ceux qui font des politiques sur l'axe de la justice et de la vertu, ceux qui comprennent que si l'un de nous n'est pas en sécurité, aucun de nous ne l'est et certaines personnes qui comprennent mieux que d’autres les enjeux de l’époque. En tant que membres d'une civilisation qui voit le monde de ce point de vue, notre amour pour l'Afrique est d'une profonde sensibilité.

- L'héritage ancien de la nouvelle Turquie

Nous sommes face à une Turquie en développement qui a pris de l'ampleur dans tous les domaines au cours de ces dernières décennies. L'élan acquis en politique étrangère avec le leadership visionnaire de notre président, Recep Tayyip Erdogan, a élargi son champ d'action avec "l'Initiative africaine" lancée en 2005, soutenu par des organisations non-gouvernementales de notre pays.

Le continent africain, qui lutte contre les catastrophes naturelles, la pauvreté, les conflits internes et le terrorisme, a commencé à suivre des politiques pour briser les dépendances et développer des modèles de relations, tout en luttant pour la survie après la colonisation.

Notre président, accompagné de son estimée épouse, Emine Erdogan, a visité de nombreux pays africains. Au cours de ces visites, nous avons eu l'occasion de connaître de près les pays africains, d'identifier sur place les opportunités et les besoins, et d'établir un lien sincère avec les différents dirigeants et les peuples des pays visités. Notre agence de développement, les organisations d'aide humanitaire, les fondations et les associations, combinées à la grandeur d'âme de notre nation, ont rivalisé pour essuyer les larmes et partager la douleur des plus opprimées.

Ainsi, grâce à ces intermédiaires, les amitiés se sont renforcées, la confiance s'est installée, des accords ont été signés dans tous les secteurs, nos échanges commerciaux ont augmenté, des programmes de formation ont été développés et nos missions et représentations se sont étendues sur tout le continent africain. La politique rationnelle menée et les canaux de coopération ouverts se sont renforcés avec des projets de santé, permanents et durables.

- Maison de la Culture Africaine

Les fondations du "Marché de l'Artisanat" et de "la Maison de la Culture Africaine", qui sont sans aucun doute les plus emblématiques de ces projets, ont été posées sous la direction de Mme Emine Erdogan et elle continue de travailler à Ankara sous ses auspices. L'objectif ici est d'aider les femmes et les enfants, qui sont les groupes sociaux les plus touchés par les conditions de vie difficiles en Afrique, telles que la maladie, la faim, la pauvreté, le manque d'éducation et les conflits, à se remettre sur pied.

Dans le "Marché de l'Artisanat Africain", les produits artisanaux sont achetés à des productrices de divers pays africains et apportés à l'acheteur sur un marché équitable à la valeur qu'ils méritent. Les revenus générés sont utilisés pour les projets de renforcement des capacités des femmes africaines. Des activités sociales et culturelles sont également organisées à la Maison de la Culture Africaine, et des programmes qui contribuent aux relations turco-africaines sont réalisés.

Des étudiants africains, dont le nombre a considérablement augmenté ces dernières années, des ambassadeurs et ambassades de pays africains, des universitaires travaillant sur le continent africain, des hommes d'affaires et des organisations non-gouvernementales font également partie de la Maison de la Culture Africaine.

Les activités de la Maison de la culture africaine prennent forme avec des contributions d’institutions telles que le ministère des Affaires étrangères, la MUSIAD (Union des hommes d'affaires et industriels indépendants), la TIKA (Agence Turque de Coopération et de Développement), la YTB (Présidence des Turcs à l’Étranger et des Communautés Affiliées), la THY (Turkish Airlines) et le soutien d'universités, d'ONG, d'ambassades et d'experts de terrain. Chaque année, le 25 mai, ils se réunissent tous au programme de la Journée mondiale de l'Afrique. Les sommets africains, sont organisés aux forums commerciaux et aux expositions. Des œuvres dans lesquelles l'art africain est représenté, sont organisées.

Sous le nom de « Talk Africa », on parle de l'Afrique avec des experts. Les activités d'édition se poursuivent. Des livres d'anthologie sur la culture alimentaire africaine et les proverbes africains sont publiés. La Première Dame a participé au programme de lancement de son livre Mes voyages en Afrique, lors de l'ouverture de la New York Turkish House. De plus, la communauté africaine de la musique et des arts du spectacle est en train de se former. En bref, un exemple de diplomatie culturelle qui grandit avec l'aide des femmes, qui est en passe de devenir le point de rencontre des civilisations turque et africaine, est en train d'être mis en place.

- Exemple de la diplomatie de la Première Dame

La Maison de la Culture Africaine, qui soutient la politique africaine de notre pays et est un exemple d'initiative "de la diplomatie de la Première Dame", apporte une grande contribution à nos relations avec le continent et continue de toucher les cœurs, avec beaucoup d'amitié.

Pour reprendre les mots de Mme Emine Erdogan, qui a accompagné notre président, qui est le leader mondial ayant le plus de visité le continent, dans la plupart de ces visites et a partagé ses expériences, ses déterminations et ses sentiments dans son livre, Mes voyages en Afrique : "Notre amitié de longue date avec l'Afrique a marqué les pages de l'histoire grâce à nos efforts mutuels, ce n'est pas un pari. Nous avons transformé notre amitié, enracinée dans l'histoire, en une vaste mer de loyauté."

***

Tuba Nur Sönmez a écrit pour l'Agence Anadolu une analyse sur l'avenir des relations entre la Turquie et l'Afrique dans le cadre de la Maison de la Culture Africaine située à Ankara, qui est un exemple d'initiative diplomatique de la « première dame » qui soutient la politique africaine de la Turquie.

[Tuba Nur Sönmez est une conseillère présidentielle de la République de Turquie.]


* Traduit du turc par Nursena Karakaya

* Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale de l'Agence Anadolu.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.